À LA UNE

Programme de l’ANRUR: nécessité d’une vision prospective

Casablanca – Le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fehri, a souligné, mercredi à Casablanca, que la mise en œuvre du programme d’action de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine et la réhabilitation des bâtiments menaçant ruine (ANRUR), nécessite « une stratégie judicieuse reposant sur une vision prospective ».

Dans une allocution prononcée à l’occasion de la tenue de la consultation régionale de l’étude relative à la stratégie d’intervention de l’Agence à l’horizon 2030 dans la région de Casablanca-Settat, le ministre a ajouté que la concrétisation des orientations de l’ANRUR requiert aussi un plan d’action inspiré des modèles pionniers dans ce domaine, à commencer par un état des lieux pertinent et méticuleux des problématiques, des contraintes, des défis et des attentes.

L’engagement sérieux et responsable dans le cadre des ateliers de consultation est la voie indiquée pour déboucher sur une approche globale et intégrée, à même de garantir la réussite des programmes d’intervention de l’Agence et la réalisation des objectifs escomptés, a dit le ministre, au cours de cette rencontre placée sous le thème « Rénovation urbaine et réhabilitation des bâtiments menaçant ruine : vers une stratégie concertée ».

Évoquant la situation à Casablanca-Settat, M. Fassi Fehri a fait remarquer que la région comprend un nombre très important d’immeubles menaçant ruine mettant la vie des citoyens en danger et affectant la sécurité et la qualité du tissu urbain.

Après avoir passé en revue les programmes d’intervention consacrés à la résolution de la problématique des bâtiments menaçant ruine dans la région depuis 2012, il a rappelé qu’en octobre 2018, il a été procédé à la signature, devant SM le Roi Mohammed VI, de conventions au niveau national portant sur la réhabilitation et la valorisation des villes anciennes, y compris une convention dédiée à la métropole.

Pour sa part, la directrice de l’ANRUR, Zahra Sahi, a mis en exergue l’importance de cette consultation régionale dans l’élaboration de la stratégie de l’Agence en ce qui concerne la réhabilitation des habitats menaçant ruine, l’amélioration des conditions de vie de la population et la revalorisation du patrimoine civilisationnel et urbanistique national.

L’Agence, a-t-elle relevé, est appelée à devenir un véritable partenaire des différentes régions, afin de mettre au point une vision globale et concertée, soulignant que l’étude en cours de réalisation se focalisera sur les résultats des consultations organisées dans les différentes régions du Royaume.

La consultation régionale offre l’opportunité de présenter la méthodologie et les principaux objectifs de ladite étude, en vue d’impliquer tous les acteurs concernés à la construction d’une vision concertée et participative ayant trait à la rénovation urbaine et au traitement des bâtiments menaçant ruine, en plus d’identifier leurs attentes et besoins particuliers quant à la mise en œuvre de cette stratégie.

A ce titre, deux ateliers ont été programmés pour discuter et débattre de deux principales thématiques: « Prérogatives de la loi n° 94-12 relative aux bâtiments menaçant ruine et à l’organisation des opérations de rénovation urbaine et son décret d’application » et « Rénovation urbaine et réhabilitation des bâtiments menaçant ruine dans la région de Casablanca-Settat : Expériences locales présentées par le Directeur Régional de l’Habitat, bonnes pratiques, dysfonctionnements, besoins et attentes des acteurs ».

Les recommandations issues de ces ateliers vont être pris en considération lors de la première phase de l’étude relative à l’état des lieux et au diagnostic général.

L’Agence nationale pour la rénovation urbaine et la réhabilitation des bâtiments menaçant ruine est un établissement public chargé de l’élaboration et l’étude des stratégies et programmes urbanistiques et des projets relatifs à la rénovation urbaine et la réhabilitation des tissus anciens et des bâtiments menaçant ruine.

C’est dans le cadre de l’activation du rôle de cette agence et de l’application des recommandations de son conseil d’administration du 30 janvier 2019 que le lancement de cette étude dans la région Fès-Meknès a été confié à un bureau d’études spécialisé, lequel devra présenter ses conclusions avant fin 2019.

Voir aussi:

Attijari Intermédiation primée par l’AFE

Accord de partenariat entre l’UIC et la FOSMEF

Khalid ABOUCHOUKRI

FIAD 2019: les jeunes entrepreneurs primés

Khalid ABOUCHOUKRI