À LA UNE

Agriculture: une campagne exceptionnelle se dessine

Par Youness Akrim

Casablanca – En s’orientant vers des récoltes exceptionnelles au titre de la campagne en cours, le secteur agricole fait de nouveau montre d’une résilience à toute épreuve et s’affirme en tant que valeur sûre de l’économie marocaine.

Les pluies salvatrices observées au début de la campagne agricole 2020/2021, ayant offert un répit réparateur aux agriculteurs plombés par des séquences douloureuses de sécheresse, n’ont pas tardé à produire des effets positifs au niveau des différentes filières agricoles.

Au 29 avril dernier, la pluviométrie a atteint 291 mm, en progression de 32%, en glissement annuel, faisant la part belle, aux trois principales céréales (blé tendre, blé dur et orge), dont la production prévisionnelle est estimée à 98 millions de quintaux, en hausse de 206% par rapport à la campagne 2019/20 et 54,8% par rapport à la moyenne de cinq ans.

La production des céréales n’a pas été au rendez-vous durant la campagne précédente qui a pâti d’une faible pluviométrie, en baisse de 31% par rapport à la moyenne de 30 ans (348mm) aggravée par une mauvaise répartition temporelle.

La campagne actuelle a largement bénéficié des précipitations caractérisées par une continuité dans le temps, une bonne répartition spatiale et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplissage), outre l’impact des températures relativement inférieures aux niveaux atteints en 2020, a clarifié, récemment, le ministère de tutelle.

Cette campagne se distingue également par un rendement prévisionnel supérieur de 10% au rendement moyen des cinq meilleures campagnes céréalières (20,1 qx/ha) depuis 2008, grâce à une superficie céréalière semée de 4,35 millions d’hectares dont l’état végétatif est à 75% bon à très bon.

Les autres cultures ne sont pas en reste avec des performances aussi prometteuses. La récolte de la betterave à sucre a déjà commencé, et les agrumes et les oliviers en stade de floraison affichent de bonnes perspectives mais cela reste tributaire de l’évolution des conditions météorologiques, particulièrement les températures du mois de mai et juin.

Cheptel national: un état rassurant

Moins de 3 mois avant la célébration de Aïd Al Adha, le secteur de l’élevage s’aligne également sur les bonnes performances de cette campagne. La situation alimentaire du cheptel s’est nettement améliorée grâce aux disponibilités fourragères sur parcours et à la bonne campagne céréalière en vue.

Le ministère de l’agriculture veille dans ce sens à la situation sanitaire du cheptel national jugée « satisfaisante » dans l’ensemble des régions du Maroc, grâce au suivi sanitaire continu de l’état du cheptel et aux différentes campagnes de vaccination menées contre les maladies animales contagieuses et celles à incidence économique.

Malgré la succession de deux campagnes agricoles décevantes au niveau pluviométrique, les effectifs du cheptel, composé de près de 21,6 millions d’ovins, 6 millions de caprins, 3,3 millions de bovins et 192.000 camelins, ont été maintenus, grâce à l’appui dont a bénéficié le secteur de l’élevage dans le cadre des programmes de sauvegarde du cheptel lancés par le ministère.

Eau: des barrages mieux remplis

La reprise de la pluviométrie a affecté positivement les retenues des principaux barrages nationaux qui ont atteint, au 03 mars 2021, plus de 8,26 milliards de mètres cubes (m3), soit un taux de remplissage de 51,3%, contre 49,8% à la même date de l’année 2020.

Dans le détail, le barrage Alwahda affiche la plus importante retenue avec un volume atteignant 2,619 milliards m3 et un taux de remplissage de 74,4%, suivi par le Barrage Idriss 1er avec une retenue de 893 millions m3, soit un taux de remplissage de 79,1%, contre 85,3% à la même date de l’année dernière (963,3 millions m3).

Eu égard à leur rôle crucial en termes d’irrigation, les barrages constituent des infrastructures clés au service du secteur agricole dans les différentes régions qui peuvent pousser un ouf de soulagement, suite à cette amélioration des réserves en eau qui atténue un stress hydrique croissant.

Dans le cadre du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, le gouvernement aspire à porter la capacité totale des barrages à 27 milliards m 3 . Les chantiers de cinq grands nouveaux barrages seront lancés en 2021, pour une enveloppe budgétaire globale estimée à 4,8 MMDH et une capacité de 525 millions de m3 .

En tablant sur une valeur ajoutée agricole prévisionnelle de 130 milliards de DH au titre de l’année 2021, soit une croissance de 18,2%, le secteur jouera sans doute le rôle qui lui incombe en matière de relance de l’économie nationale et l’amortissement du choc économique induit par la crise sanitaire de Covid-19.

Avec l’avènement de la nouvelle stratégie agricole baptisée « Génération Green 2020-2030 », plaçant l’agriculteur au cœur de ses préoccupations , l’agriculture marocaine est plus que jamais outillée afin de poursuivre sur sa bonne lancée amorcée par le Plan Maroc Vert et relever de nouveaux défis dans un monde en pleine reconfiguration.

Voir aussi:

Sony Corporation réalise un CA record en 2020

Hicham Louraoui

PLF-2021: Concilier une triple nécessité (M. Benchaâboun)

Samia BOUFOUS

Finance verte: trois questions à Kamal Zine

Youness AKRIM