À LA UNE

Agritourisme: 3 questions à A.Sabri, président du RDTR

MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90
Sbah Nor
CAMPAGNE ADD

Casablanca,  Le président du Réseau de Développement du Tourisme Rural (RDTR), Abdelhakim Sabri dévoile, dans une interview à la MAP, le potentiel du tourisme agricole et les enjeux de ce segment du tourisme face à la crise actuelle.

1. Quels sont l’importance et le potentiel du développement de l’agritourisme dans notre pays ?

L’agritourisme est une forme de tourisme importante et à fort potentiel au Maroc, car il permet aux touristes de partager le savoir-faire agricole et culinaire extrêmement intéressants dont regorge le monde rural marocain, ce qui peut constituer une opportunité économique pour les producteurs agricoles artisanaux et les professionnels du tourisme rural.

L’agritourisme est ainsi un levier de développement, permettant la mise en valeur des produits de terroirs et des savoir-faire artisanaux. Il s’agit également d’une forme de tourisme respectueuse de l’équilibre environnemental et des milieux faunistiques et floristiques.

Grâce à l’implantation de plusieurs établissements touristiques dans le monde rural marocain, l’infrastructure nécessaire pour l’agritourisme est d’ores et déjà disponible. L’agritourisme est l’une des formes de tourisme les plus en vogue en ce moment, la preuve en est la demande sans cesse croissante, tant au niveau national qu’international.

L’expérience du Réseau de Développement du Tourisme Rural (RDTR) a montré que les touristes marocains sont de plus en plus à la recherche du dépaysement, d’une alimentation saine et d’une gastronomie basée sur les produits agricoles typiques ainsi que l’interaction avec la réalité du monde rural marocain qui est fondamentalement basée sur les activités agricoles.

2. Quels sont les principaux défis de ce segment du tourisme, particulièrement à l’heure de la crise actuelle ?

Les secteurs touristiques et agricoles ont été fortement impactés et fragilisés par les effets néfastes de la crise sanitaire actuelle surtout en milieu rural où la capacité de résilience des acteurs est mise en cause.

Les difficultés qui s’imposent au niveau de ce segment du tourisme sont majeurs et d’ordre hétérogène, chose qui nécessite non seulement une forte prise de conscience mais également une grande mobilisation des acteurs.

Au niveau économique et social, les professionnels du tourisme en général et ceux opérant dans le milieu rural sont dans une situation désastreuse. Les mesures imposées par la crise sanitaire et les restrictions des déplacements ainsi que la fermeture des frontières ont bloqué les flux touristiques au niveau national et international.

Or, qui dit moins touristes, dit absence de recettes et de revenus pour l’employeur ainsi que l’employé dans les zones rurales. Une telle situation est un défi majeur qui peut freiner l’investissement dans l’agritourisme par les professionnels du tourisme rural.

Au niveau environnemental, les impacts du changement climatique et la sécheresse touchent fortement le secteur agricole et touristique rural. En effet, le monde rural a connu une réduction de la fertilité des terres et une baisse des niveaux d’eau, ce qui a causé des dommages considérables à la faune, la flore, aux habitats aquatiques et à l’ensemble des services écosystémiques.

3. Comment peut-on promouvoir et valoriser davantage ce type de tourisme au Maroc?

Afin de développer l’agritourisme au Maroc, il faut d’abord un engagement de l’Etat dans la promotion de ce secteur avec des programmes spécifiques. L’appui de l’Etat commence par reconnaître cette activité, pour ensuite la réglementer et lui allouer les fonds nécessaires. En effet, les professionnels de ce secteur ont besoin de formation, d’encadrement et d’appui dans les efforts de promotion à l’échelle nationale et internationale.

L’expérience des pays européens et des Etats Unis d’Amérique a montré que la réussite des projets d’agritourisme ne dépend pas seulement des initiatives privées mais également de l’appui des Départements ministériels, de l’Université et des collectivités territoriales.

L’organisation d’un certain nombre de festivals annuels sont les principales attractions touristiques qui caractérisent certaines communes. L’intégration de ces festivals dans un éventuel programme d’agritourisme mérite une réflexion.

A ce niveau, les thématiques agrotouristiques sont multiples. Les festivals organisés annuellement au niveau régional sont essentiellement liées aux produits agricoles typiques, c’est le cas notamment du festival du safran à Taliouine, le festival de l’amandier à Tafraouate, ou encore celui du miel à Immouzer, etc.

Voir aussi:

Établissements de paiement: PNB évolue de 9% en 2019

Karima EL OTMANI

Efficacité énergétique: Signature de trois conventions

Samia BOUFOUS

Une société marocaine se reconvertit dans les masques réutilisables

Hicham Louraoui