À LA UNE Produits

Airbus prévoit de livrer 1.100 appareils en Afrique

Casablanca – Les compagnies aériennes africaines auront besoin de 1.100 nouvelles livraisons d’avions de transport de passagers et de fret d’ici 2040, selon le Global Market Forecast (GMF) 2021 d’Airbus.

La flotte totale sera ainsi portée à 1.440 appareils, contre 680 en 2019, indique Airbus dans un communiqué, relevant que cela représente essentiellement une transition vers des appareils de nouvelle génération tels que l’A220, la famille A320neo, l’A330neo et l’A350, apportant une amélioration significative de l’efficacité et une réduction importante des émissions de carbone par passager.

La croissance de l’activité aérienne en Afrique d’ici à 2040 sera notamment portée par une augmentation moyenne du produit intérieur brut (PIB) de 2,8% CAGR sur la période (taux de croissance annuel moyen), explique la même source, soulignant que ce développement devrait s’appuyer ces 20 prochaines années sur le tourisme et le commerce intra-régional.

Airbus prévoit que le trafic aérien en Afrique atteindra le niveau de 2019 entre fin 2023 et début 2025. À l’échelle mondiale, le fret dépasse déjà de 9% les niveaux d’avant la crise, et de plus de 23% sur le seul continent Africain. Si le fret au départ et à destination de l’Afrique sera multiplié par 2,5 d’ici à 2040, le trafic passagers O&D sur le continent devrait plus que doubler (2,3) également sur la même période.

Ces perspectives s’expliquent, selon Airbus, par le fait que les moteurs fondamentaux de la demande de trafic restent inchangés : une croissance économique plus rapide que la moyenne mondiale, une population jeune et croissante, l’urbanisation et le développement de la classe moyenne.

Le potentiel du transport aérien en Afrique reste important en raison des infrastructures de transport terrestre limitées, de l’abondance des ressources naturelles qui facilitent le commerce et des nombreuses opportunités touristiques.

Au cours des dix dernières années, des améliorations significatives ont été apportées au secteur sur tout le continent, notamment la création du marché unique du transport aérien africain (MUTAA) et la modernisation des flottes des compagnies aériennes nationales. Ainsi, des transporteurs tels qu’Ethiopian Airlines, Air Sénégal, South African Airways, Air Côte d’Ivoire, EgyptAir, Uganda Airlines et Air Tanzania, exploitent aujourd’hui des appareils parmi les plus modernes et innovants au monde, comme l’A350, l’A330neo, l’A320neo et l’A220.

La capacité de l’industrie aéronautique à favoriser un développement économique sur le continent Africain est indéniable. »Non seulement l’aviation permet aux populations de se déplacer, mais elle favorise également l’intégration régionale, crée des emplois et permet le commerce intérieur, intra-africain et mondial », relève le communiqué.

Et de conclure que selon l’Association internationale du transport aérien, en Afrique, le secteur soutient directement 6,2 millions d’emplois et contribue pour 56 milliards de dollars au PIB régional du continent.

MAPB 000000

Voir aussi:

Industrialisation: Le Maroc, un exemple pour l’Afrique

Yosra BOUGARBA

Chasse: Les statuts de la FRMC publiés au BO

Maria MOUATADID

Tanger Med en 2021: Nouveau record réalisé en Méditerranée

Samia BOUFOUS