À LA UNE

Interview avec le DG du CRI Fès-Meknès

MDJS NT7ARKO W NKTACHFO

Casablanca, 05/01/2021 (MAP) – Le directeur général du Centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès, Yassine Tazi, aborde, dans un entretien accordé à la MAP, le sujet de la Banque de projets industriels, lancée récemment par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique:

1. Comment votre CRI accueille cette opportunité de la banque de projets ?

La mise en place de cette banque de projets par le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique est une très bonne nouvelle pour l’ensemble des opérateurs économiques, puisqu’elle permet de présenter une centaine d’opportunités d’investissement dans neuf filières que l’on souhaite encourager dans le but d’accélérer la substitution aux importations, avec un impact important sur la balance commerciale, soit 34 milliards de dirhams (MMDH) d’importations à remplacer par de la production nationale.

Cette banque de projets s’inscrit dans un plan de renforcement et redynamisation du tissu industriel national, qui concerne de fait la Région Fès-Meknès, qui est un pôle régional émergent, au sein duquel l’industrie occupe une place de plus en plus importante, avec une contribution de près de 18% au PIB régional, et un historique d’industrialisation de plus de 60 ans.

Cette banque de projets permet de mettre en lumière les opportunités d’investissement de la région qui dispose de 13 quartiers et zones industrielles opérationnels sur plus de 1.000 Ha, d’un port sec sur une superficie de 5,5 Ha (offrant des services de stockage sous douane et hors douane), d’infrastructures de bases développées (reliant la région aux grands ports nationaux), de zones logistiques en cours de développement sur une superficie de 365 Ha et d’un capital humain formé et qualifié (1er pôle universitaire au Maroc avec plus de 160.000 étudiants/ an).

Nous voyons donc la banque de projets comme un outil important pour communiquer autour des opportunités dans la région et drainer de nouveaux investissements, tout en accompagnant les porteurs de projets à travers des mesures de soutien sur les volets de formation, financement, subvention et autre.

Ceci vient en appui aux efforts déployés par le CRI dans le cadre de l’impulsion économique, à travers les différents chantiers qui sont actuellement menés, comme la banque de projets régionale en cours d’actualisation, ou encore les différents guides sur le foncier industriel régional, sur les procédures d’investissement et sur les régimes incitatifs au niveau de la région Fès-Meknès.

2. Quels sont les projets ciblés dans la région Fès-Meknès ?

Parmi la centaine d’opportunités d’investissement identifiées par le ministère de l’Industrie dans le cadre du Plan de relance industrielle, la moitié concerne potentiellement la région Fès-Meknès. Ces 50 projets se répartissent essentiellement entre la filière de l’agro-alimentaire (21), le textile (13), le cuir (5), et à des proportions moindre le transport (3), la plasturgie (2), la chimie et parachimie (2). Ces projets représentent un investissement de près de 5,2 MMDH pour un chiffre d’affaires potentiel de près de 13 MMDH.

La région est particulièrement adaptée à accueillir des projets. D’une part puisque les filières qui comptent le plus de projets sont des filières phares au niveau de la région (agroalimentaire et textile et cuir) et d’autre part à travers le foncier industriel attractif et compétitif dont dispose Fès-Meknès:

-L’Agropolis de Meknès, dédié à l’agro-industrie, sur une superficie de 130 Ha, qui offre des lots de terrain équipés et des bâtiments clés en main, à partir de 300 dh/m², ainsi qu’un qualipôle R&D dédié à l’agricole et l’agro-alimentaire.

-La Zone Industrielle généraliste de Miftah El Kheir, sur une superficie de 45 Ha, à partir de 700 dh/m².

-La Zone Industrielle généraliste Ex Cotef à Fès, sur une superficie de 15 Ha, en mode locatif à 5dh/m².

-Les Zones Industrielles à venir, comme le Parc Industriel Ain Chegag à Sefrou, sur une superficie de 81 Ha (dont 50 Ha pour le cuir et 31 Ha généraliste), de 250 à 350 dh/m² ; et la Zone d’Accélération Industrielle sur une superficie de 500 Ha.

Il est aussi important de rappeler que la Région dispose d’un bassin d’emploi abondant et de main d’œuvre qualifiée, ainsi que de nombreux instituts de recherche et d’enseignement supérieur (INRA, ENA…) de qualité.

3. Comment le CRI accompagne les investisseurs qui s’engagent dans ces projets ?

Le ministère de l’Industrie a mis en place une cellule dédiée, en charge de l’accompagnement des porteurs de projets dans le cadre de cette opération. Cette « War Room », au sein de laquelle le CRI est membre, a pour objectif d’identifier les prospects et les aider à convertir leurs idées en projets concrets, mais également de les guider, les orienter, leur fournir les données dont ils ont besoin et d’assurer une mise en relation entre investisseurs et les organismes d’accompagnement concernés. Ce dispositif spécial permet ainsi d’assurer un suivi personnalisé pour les porteurs de projets afin qu’ils bénéficient d’un accompagnement sur mesure, leur permettant de réaliser leurs projets dans les meilleures conditions.

Ce travail d’identification est réalisé quotidiennement par la « War Room » et le CRI, soit à travers nos échanges avec les investisseurs, soit à travers les entretiens individuels menés dans le cadre du Programme Intégré d’Appui et de Financement et des Entreprises, soit à travers les dossiers d’investissement qui nous sont soumis quotidiennement. L’accompagnement du CRI porte tout le long du cycle de vie des projets des investisseurs, et sera adapté selon les besoins identifiés :

– Aide à la création d’entreprise à travers le guichet unique du CRI ;

– Accompagnement dans la mise au point de projet ;

– Information sur les mesures incitatives au niveau de la Région ;

– Aide à l’identification du foncier et organisation de visites terrain ;

– Mise en relation avec nos partenaires sur les volets de financement et de formation ;

– Aide à la constitution des dossiers d’investissement et suivi tout le long du processus, jusqu’à l’obtention des actes et autorisations.

Je rappelle que le Ministère de l’Intérieur a mis en place la plateforme digitale CRI-Invest, qui contribue de façon significative à la simplification des procédures et la réduction des délais de traitement, en offrant de nombreuses fonctionnalités comme le dépôt en ligne, la prise de rendez-vous avec un conseiller ou encore le suivi en toute transparence.

4. Des avantages particuliers pour votre région ?

Il faut d’abord rappeler qu’il existe un arsenal de mesures de soutien, de subvention et d’aides à travers les programmes mis en place par l’État, et auxquels les investisseurs peuvent prétendre :

-Des subventions à travers le Fonds de Développement des Investissements (FDI), les programmes de Maroc PME, le Fonds de Promotion de l’Investissement (FPI) ou encore le Fonds de Développement Energétique;

-Des offres de financement à travers la Caisse centrale de garantie (CCG), à travers les programmes Mezzanine PME ou Green Invest;

-Des offres de formation à travers les programmes IDMAJ, TAEHIL ou INMAA;

-Des avantages fiscaux et exonérations diverses.

Au niveau de la région Fès-Meknès, il a été procédé à la mise en place d’une prime à l’emploi pour les investisseurs opérant dans le secteur de l’industrie, à travers une convention cadre signée entre le Conseil de la Région et le CRI Fès-Meknès en juin 2020.

Le montant de cette subvention est modulable en fonction du nombre d’emplois créés sur une durée de deux ans. Les entreprises qui souhaitent bénéficier de cette subvention peuvent déposer leur demande auprès du Conseil de la Région ou du CRI, qui procèdera aux vérifications nécessaires auprès des administrations compétentes. Une fois les conditions d’éligibilité remplies, une convention spécifique est signée avec l’entreprise pour pouvoir bénéficier de la subvention.

Voir aussi:

Covid-19: La FM6-POSEF assure la continuité de son service

Hicham Louraoui

Réseaux sociaux: campagne de Sadeem contre la cyber-intimidation

Khalid ABOUCHOUKRI

Le dirham s’apprécie de 0,62% face à l’euro

Youness AKRIM