• Accueil
  • À LA UNE
  • Banques participatives:7,7 MMDH de financements à fin juin 2020
À LA UNE Service

Banques participatives:7,7 MMDH de financements à fin juin 2020

Sbah Nor
CAMPAGNE ADD
MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90

Casablanca – L’encours des financements accordés par le secteur bancaire participatif au Maroc a atteint 7,7 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2020, en progression de 59% en glissement annuel, selon Finéopolis institute.

L’encours adossé uniquement sur la Mourabaha a été marqué par une forte concentration du financement immobilier qui s’accapare à lui seul plus de 88%, précise Finéopolis institute dans sa récente analyse des résultats du secteur bancaire participatif marocain à fin juin 2020.

En termes de ressources, la forte progression du nombre de comptes à vue à plus de 38% en glissement annuel et l’introduction des dépôts d’investissements a permis au secteur de mobiliser un total de 2,9 MMDH avec une progression de 19,89% sur les six premiers mois de l’année, indique la même source, notant toutefois que le ratio de transformation reste considérablement déséquilibré avec un taux de plus de 376%.

Lors du premier semestre 2020, le produit net bancaire (PNB) du secteur a progressé de 75% à 140,5 millions de dirhams (MDH), fait savoir Finéopolis institute, précisant que le secteur bancaire participatif a commencé à résorber ses pertes en passant d’une perte de 207,4 MDH en juin 2019 à une perte de 183,6 MDH au S1-2020 en matière de résultat net, soit une réduction de 11%.

Les charges d’exploitation ont, quant à elles, progressé de 8% pour s’établir à 315 MDH, ajoute la même source.

En termes de couverture géographique, le secteur bancaire participatif propose ses services à travers 146 agences dédiées et points de vente au sein d’agences classiques, affichant ainsi une évolution en glissement annuel de 18%.

Voir aussi:

Agriculture : 3 questions à l’universitaire M.Chater

Karima EL OTMANI

Covid-19/Fonds spécial: La CGEM fait don de 500 MDH

Hicham Louraoui

Le CESE publie une étude sur l’impact de Covid-19

Lhassan Essajide