À LA UNE

Déficit budgétaire de plus de 46 MMDH en 2019

MDJS NT7ARKO W NKTACHFO

Rabat – La situation des charges et ressources du Trésor a dégagé un déficit budgétaire de 46,7 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2019 contre 40,9 MMDH durant la même période un an auparavant, selon la Trésorerie Générale du Royaume (TGR).

Ce déficit tient compte d’un solde positif de 10,1 MMDH dégagé par les Comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de décembre 2019.

Ce bulletin fait également ressortir que les recettes ordinaires brutes se sont établies à 253,4 MMDH à fin décembre 2019 contre 240,3 MMDH un an auparavant, en hausse de 5,5%, sans tenir compte du versement en 2018 de 24 MMDH effectué à partir du « Compte spécial des dons des pays du Conseil de Coopération du Golfe » au profit du budget général. Compte tenu de ce versement, les recettes ordinaires brutes ont enregistré une baisse de 4,1%.

Cette performance s’explique par la hausse des droits de douane de 0,5%, des impôts indirects (+4,9%) et des droits d’enregistrements et de timbre (+0,5%), conjuguée à la baisse des impôts directs de 0,7% et des recettes non fiscales de 29,4%.

Les dépenses émises au titre du budget général ont atteint 360,1 MMDH à fin décembre 2019, en augmentation de 11,7% par rapport à leur niveau une année plus tôt, en raison de la progression de 9,2% des dépenses de fonctionnement, de 3,7% des dépenses d’investissement et de 28,1% des charges de la dette budgétisée.

S’agissant des engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, ils se sont élevés à 492 MMDH, représentant un taux global d’engagement de 85% contre 86%, fait savoir la TGR, notant que le taux d’émission sur engagements a été de 92%, soit le même taux un an auparavant.

Par ailleurs, le bulletin indique que les recettes des CST ont atteint 100,2 MMDH, compte tenu des transferts reçus des charges communes du budget général d’investissement pour 16,2 MMDH et de la rentrée de 7 MMDH au titre du transfert de la propriété d’actifs immobiliers de l’Etat.

Les dépenses émises de ces comptes ont été de 90 MMDH, dont 3 MMDH au titre des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, fait savoir la même source, ajoutant que le solde de l’ensemble des CST s’élève à 10,2 MMDH.

Les recettes des services de l’Etat gérés de manière autonome ont, quant à elles, été de 3,1 MMDH à fin décembre 2019, en diminution de 8,7%, alors que les dépenses émises ont augmenté de 15,1% à 3,3 MMDH.

Voir aussi:

Les délais de paiement s’améliorent mais restent trop longs

Hicham Louraoui

La BMCI et Aradei Capital scellent un partenariat stratégique

Lhassan Essajide

Crédit immobilier: Le GCAM lance « Sakan Qaraoui »

Hicham Louraoui