À LA UNE

80% des emplois de Fès-Meknès portés par 4 secteurs

Sbah Nor
CAMPAGNE ADD
MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90

Fès- Environ 80pc des emplois de l’industrie au niveau de la région Fès-Meknès sont portés par quatre secteurs d’activité, selon les résultats d’une récente étude.

Il s’agit des secteurs du textile-cuir (36 pc), l’automobile (15,7 pc), l’agroalimentaire (13 pc) et de l’offshoring (15,2 pc ), précise cette étude consacrée au positionnement de la zone d’accélération industrielle (ZAI) à Ain Cheggag, dont les travaux ont été lancés dernièrement dans la province de Sefrou.

Cette étude, réalisée pour le compte du conseil régional de Fès-Meknès, fait état d’une croissance, entre 2013 et 2019, des secteurs de l’automobile avec 15 points et l’offshoring (8 pc) dans le pool emploi industriel de la région. Quant au textile et à l’agroalimentaire, ils ont accusé des baisses respectives de 15 et 4,5 points.

Selon ce document, la région de Fès-Meknès, qui dispose d’atouts stratégiques sur les plans socio-économiques, se doit de relever cinq défis majeurs dans le but d’améliorer sa compétitivité et diversifier son industrie. La région est ainsi, appelée à définir une vraie proposition de valeur différenciatrice des filières présentes et attirer une ou deux locomotives afin de développer un écosystème autour de ces métiers.

Elle recommande également de mettre en place des incitations financières et fiscales par l’Etat et la Région, mettre à niveau les infrastructures (site et hors site) et déployer un effort commercial et de marketing soutenu.

La même source, qui note que le potentiel industriel de Fès-Meknès demeure encore ‘’peu exploité’’, met l’accent sur la dynamique « intéressante » enclenchée en matière de diversification de l’industrie autour de nouveaux moteurs industriels et sur le potentiel majeur d’industrialisation de la région en capitalisant sur les atouts stratégiques.

Voir aussi:

Halieutis: lancement de la barque « FloukaMabrouka »

Khalid ABOUCHOUKRI

Post-Covid: Les restaurateurs et cafetiers entre optimisme et inquiétude

Hicham Louraoui

IMANOR: vers un système de certification contre les nuisibles

Khalid ABOUCHOUKRI