À LA UNE Bourse

La Bourse de Casablanca clôture mars en forte baisse

INWI1

Casablanca – La Bourse de Casablanca a terminé le mois de mars en fort repli, grandement affectée par le climat d’incertitudes et d’inquiétude suscité par la pandémie de Covid-19.

Au terme de ce mois, dont la première séance a coïncidé avec l’apparition du premier cas de contamination au Maroc, le Masi, indice global composé de toutes les valeurs de type action, s’est replié de 20,85 % à 9.704,85 points, et le Madex, indice compact composé des valeurs cotées au continu, a flanché de 21,26% à 7.876,80 points. Sur l’année, ces deux baromètres affichent des contre-performances de -20,27% et -20,59% respectivement.

S’agissant des indices internationaux, le FTSE CSE Morocco 15 a chuté de 21,04%, à 8.551,88 points, et le FTSE Morocco All-Liquid a abandonné 21,17% à 8.259,42 points.

L’indice de référence Environnement, Social et Gouvernance (ESG) « Casablanca ESG 10 » a dégringolé à son tour de 21,46% à 742,34 points.

Aux chapitres des variations sectorielles, seuls les secteurs de l’industrie pharmaceutique et des équipements électroniques et électriques ont terminé dans le vert. Le premier a réalisé une ascension de 3,28%, grâce au bon comportement de Sothema (4,13%), tandis que le second a pris 0,83%, porté par son unique titre Nexans Maroc.

Au niveau des valeurs individuelles, c’est l’hécatombe. 58 titres de l’indice vedette de la place casablancaise ont terminé dans le rouge, dont 47 avec des replis de plus de 10%, tandis que 9 valeurs seulement ont réussi à s’en sortir saines et sauves. La plus lourde baisse est revenue, sans surprise, à Risma, unique représentant du secteur du Tourisme, l’un des secteurs qui subissent de plein fouet les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Sur cette période, l’opérateur touristique, qui avait annoncé que son chiffre d’affaires « connaitra en 2020 une baisse significative », s’est effondré de 40,84% à 98,05 DH.

A la baisse également, l’ensemble des valeurs bancaires ont affiché grise mine. Idem pour celles du secteur du pétrole et Gaz.

Le volume global des échanges a totalisé les 6,71 MMDH, dont un montant de 5,57 MMDH réalisé sur le marché Central et 1,12 MMDH sur le marché de Blocs. Plus de 41% des transactions ont été canalisées par les titres Itissalat Al Maghrib et Attijariwafa Bank, dont les cours ont terminé avec des performances négatives de -14,54% et -24,87%, respectivement.

En outre, le duo BCP et Bank Of Africa a concentré, à lui seul, près de 15% des transactions en clôturant sur une perte de -20,30% pour la banque à cheval ainsi qu’une note négative de -18,35% pour Bank of Africa.

La capitalisation boursière a fondu, quant à elle, de plus de 127 milliards de dirhams (MMDH) sur le mois, à 503,023 MMDH, soit une baisse de plus de 20%.

Au terme de ce mois, les plus fortes hausses ont été réalisées par Delattre levivier Maroc(+4,36% à 23,22 DH), Maroc Leasing (+4,33% à 479,90 DH), Cartier Saada (4,25% à 29,70 DH ), Sothema (+4,13% à 1.590 DH) et Unimer (+3,90% à 160 DH).

Les plus fortes baisses ont été accusées par Risma (-40,84% à 98,05 DH), Managem (-39,08% à 469,05 DH), Minière Touissit (-35,44% à 1.104 DH), Jet Contractors (-33,14% à 187,20 DH) et LafargeHolcim Maroc (-32,30% à 1.310 DH).

Voir aussi:

BMCE, l’employeur le plus attractif au Maroc en 2019

Hassnaa EL AKKANI

Commerce extérieur: La crise comme vecteur de croissance ?

Safaa BENNOUR

RAM lance sa nouvelle ligne Casablanca-Pékin

Lhassan Essajide