• Accueil
  • À LA UNE
  • La préservation de l’eau et la conduite responsable du secteur privé au centre d’une conférence-débat à Rabat
À LA UNE

La préservation de l’eau et la conduite responsable du secteur privé au centre d’une conférence-débat à Rabat

La place de l’eau en tant que droit humain et les mesures et actions entreprises par l’ensemble des parties prenantes, particulièrement le secteur privé, en vue de garantir une responsabilité environnementale effective en général et en matière de préservation de l’eau en particulier, a été au menu d’une conférence-débat, organisée jeudi à Rabat, sur “La conduite responsable des entreprises au Maroc: Quelle place à la préservation de l’eau?”.

Initiée par le Rabat Social Studies Institute (RSSI) en partenariat avec Avocats Sans Frontières (ASF), cette conférence se veut une occasion pour mettre en lumière les comportements adoptés par le secteur privé, en termes d’usages, de pollution et de risques générés qui interpellent à bien des égards, au vu du contexte difficile dans lequel vit le Maroc actuellement, à savoir la sécheresse et la pénurie d’eau qui impactent entre autres l’activité industrielle et partant toute l’économie nationale.

Dans ce cadre, la présidente du think-tank marocain RSSI, Saloua Zerhouni a souligné l’importance de cet espace de débat et d’échanges constructifs de réflexions et de critiques qui permet de développer des solutions pertinentes autour de secteurs bien déterminés notamment les plus gourmands en eau, à savoir le secteur agricole et l’industrie agro-alimentaire.

Pour Mme Zerhouni, également professeure à l’Université Mohammed V de Rabat, cette rencontre permet aussi de sensibiliser de manière empirique autour de cette problématique tous les acteurs concernés (institutionnels, gouvernementaux, société civile et secteur privé) afin de générer une prise de conscience collective sur l’urgence de cette question.

Il s’agit aussi de faire un état des lieux des usages de l’eau dans le secteur agroalimentaire, la mise en application et le respect de la législation et des réglementations existantes ainsi que les actions initiées par les différentes parties prenantes et sur les mesures à adopter pour assurer la préservation effective de cette ressource vitale inscrite comme un des droits de l’homme fondamentaux par les Nations Unies, a-t-elle fait savoir.

Abordée sous l’angle des droits de l’homme, cette conférence a pour objectifs de mettre en évidence les obligations de l’État et des acteurs économiques en matière de disponibilité, de qualité et d’accessibilité de l’eau, a-t-elle insisté, notant que l’approche fondée sur les droits de l’Homme en matière de gouvernance de l’eau (droit d’accès à l’information et aux données) permet de surveiller et de rendre compte de l’utilisation d’eau et de la pollution par les entreprises.

De son côté, Fatimazzahra Lasfari, membre de la Fédération Nationale de l’Agroalimentaire, a appelé les acteurs évoluant dans les secteurs agricole et industriel notamment l’agroalimentaire à redoubler d’efforts pour une meilleure gestion d’eau afin de préserver cette denrée si rare.

Elle a souligné, à cette occasion, la nécessité de mettre en place des mesures adéquates sur toute la chaîne de production, déplorant le fait que les actions sont actuellement prises en aval du processus et concernent les stations d’épuration et de recyclage d’eau, ressource qui est réutilisée notamment dans l’irrigation et le nettoyage.

L’universitaire Laila Mandi a, quant à elle, plaidé pour la mise en place d’actions concrètes et l’application des normes et réglementations nécessaires afin d’accélérer les procédures engageant la responsabilité environnementale des entreprises vis-à-vis de la préservation des ressources hydriques et de l’économie de l’eau au Maroc.

Cette conférence-débat, à laquelle ont pris part des acteurs institutionnels, des entreprises, des fédérations et associations professionnelles, des syndicats et de la société civile outre des universitaires, s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences organisées par le RSSI en partenariat avec ASF sur les dimensions complémentaires de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Ce cycle vise à créer un espace d’échanges, de partage d’expériences et de réflexion constructive autour d’une conduite responsable des entreprises aux niveaux social et environnemental.

Voir aussi:

La SMI accroît son CA de 23% au S1-2019

Hicham Louraoui

“WeCasablanca Festival” dévoile le programme des festivités de 2021

Salma EL BADAOUI

25% des actifs occupés bénéficient d’une couverture médicale

Youness AKRIM