• Accueil
  • À LA UNE
  • Lancement des travaux in-site d’extension de « Bouznika Park Industries »
À LA UNE Service Entreprise

Lancement des travaux in-site d’extension de « Bouznika Park Industries »

Bouznika – Les travaux in-site du projet d’extension de la zone industrielle de Bouznika, dénommé « Bouznika Park Industries » ont été lancés, mardi, lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour et la Vice-présidente adjointe principale à Millennium Challenge Corporation (MCC), Kyeh Kima.

Ce projet, ayant fait l’objet d’une convention portant sur l’aménagement, la commercialisation et la gestion de cette zone industrielle selon un modèle de Partenariat Public Privé (PPP), s’étend sur une surface brute de 25 Ha mobilisée par l’Etat et raccordée aux différents réseaux hors-site réalisés par l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco).

Il s’inscrit dans le cadre de la composante « Sites pilotes » relevant du programme de coopération « Compact II », conclu entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le gouvernement des Etats-Unis, représenté par MCC, et dont la mise en œuvre est confiée à l’Agence MCA-Morocco.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Gouverneur de la Province de Benslimane, Samir Yazidi, de la Directrice Générale de l’Agence MCA-Morocco, Malika Laasri, de la Directrice Résidente de MCC au Maroc, Carrie Monahan, du Président Directeur Général de Cap Holding, Chakib Alj, et des représentants des autres parties prenantes à ce projet.

La mise en œuvre de la composante « Sites pilotes » a pour objet l’élaboration d’un nouveau modèle de développement de parcs industriels durables et de revitalisation de zones industrielles existantes, privilégiant le PPP et la promotion de la durabilité environnementale et sociale, et son déploiement à titre pilote au niveau de trois sites industriels dans la Région Casablanca-Settat.

La concrétisation de modèle permettra également d’optimiser l’investissement public et de bénéficier des investissements du secteur privé, ainsi que de son expertise en matière d’aménagement, de commercialisation et de gestion des zones industrielles.

A cet égard, le projet de réhabilitation et d’extension de la zone industrielle de Bouznika été conçu de manière à assurer un équilibre entre les rôles et responsabilités de la partie publique et de la partie privée, tout en garantissant leurs intérêts respectifs.

Ainsi, la partie publique, moyennant un investissement de 5 millions de dollars, a mis à la disposition de la partie privée un foncier mobilisé, assaini et raccordé aux infrastructures hors-sites effectivement réalisées (réseaux d’eau potable, d’électricité et d’assainissement, construction d’une station d’épuration des eaux usées, d’un complexe hydraulique et de voies d’accès, à savoir un pont sur l’Oued de Bouznika et un accès secondaire de secours).

Outre ces infrastructures hors-site, la partie publique a revitalisé la zone existante à travers l’amélioration de ses infrastructures (voirie, réseaux d’assainissement liquide, d’eau potable, d’électricité et d’éclairage public, etc.).

Mobilisant pour sa part un investissement de près de 11 millions de dollars, le partenaire privé, en l’occurrence « Cap Holding », s’engage à réaliser les aménagements in-site, assurer la commercialisation du site à des prix attractifs, gérer la zone selon les hauts standards de qualité, proposer une offre de services à valeur ajoutée et respecter les normes sociales et environnementales. Tiré par la demande, ce projet devrait drainer des investissements privés industriels de l’ordre de 75 millions de dollars et générer 4.000 emplois directs.

Par ailleurs, il est à signaler que l’aménagement, la commercialisation et la gestion, selon un modèle de PPP, des parcs industriels de Had Soualem et Sahel Lakhyayta, les deux autres projets relevant de la composante « Sites pilotes », ont été attribués au groupement constitué de Axa Assurance, la Caisse Marocaine des Retraites (CMR), FYM Holding et IRG Partners.

Ce partenariat, qui sera concrétisé par la conclusion ce mardi d’une convention, porte sur la réhabilitation et l’extension de la zone industrielle de Had Soualem (51 Ha) et le développement d’une nouvelle zone industrielle à Sahel Lakhyayta (60 Ha).

Ces deux zones sont assainies et mobilisées par le Gouvernement et les travaux de raccordement aux différents réseaux hors-site ont démarré en décembre 2019 et ont atteint, pour certaines composantes, un taux de réalisation physique de 100%.

Les trois sites industriels pilotes permettront le renforcement de l’offre de terrains industriels dans la région Casablanca-Settat répondant aux besoins des investisseurs en termes de qualité des infrastructures, des aménagements et de standards de gestion, et contribueront ainsi à l’accroissement des investissements privés et à la création d’emplois.

S’étendant sur une superficie globale de près de 136 Ha, les trois sites industriels pilotes devraient abriter à terme 500 entreprises industrielles pour un investissement total prévisionnel de 486 millions de dollars et générer 27.000 emplois directs.

Mme Kim, la plus haute responsable de MCC en charge des Compacts conclus avec des pays africains, est en visite au Maroc cette semaine pour lancer la dernière année du programme quinquennal « Compact II », doté de 460 millions de dollars.

Voir aussi:

ANP: Un chiffre d’affaires de 567 MDH au T1

Hicham Louraoui

CNSS/Covid-19: Amnistie sociale pour 2016 et antérieur

Hicham Louraoui

Handicap et RSE: 4 questions à l’universitaire Adil Cherkaoui