• Accueil
  • À LA UNE
  • Le Maroc est à la pointe de la décarbonation de son économie (diplomate suisse)
À LA UNE

Le Maroc est à la pointe de la décarbonation de son économie (diplomate suisse)

Le Maroc est à la pointe de la décarbonation de son économie, a affirmé, mercredi à Rabat, l’ambassadeur de Suisse au Royaume, Guillaume Scheurer.

“Dans un contexte de décarbonation de nos économies, le Maroc est vraiment à la pointe de cet exercice qui nous touche tous, amène à des changements rapides et nécessite beaucoup d’agilité et d’investissement”, a souligné M. Scheurer lors d’un atelier portant sur l’échange carbone, dans le cadre du lancement des activités de la Fondation suisse “Klik” pour la réduction des émissions de CO2.

M. Scheurer a, en ce sens, appelé à la mise en œuvre de l’article 6 de l’accord de Paris visant le renforcement des contributions déterminées au niveau national (CDN) pour atteindre les objectifs climatiques, soulignant le rôle majeur du secteur privé dans ce processus de décarbonation.

Pour sa part, la directrice des relations internationales à la Fondation KLIK, Jacqueline Jacob, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que la Fondation soutient le programme de protection du climat pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à travers l’achat de carbone crédit et les échanges de quotas de ces émissions.

Il s’agit d’un mécanisme tout nouveau qui requiert la mise en place des institutions, lois et acteurs nécessaires en vue de mener à bien cette action climatique, a-t-elle argué.

De son côté, le directeur des changements climatiques, de la diversité biologique et de l’économie verte au ministère de la Transition énergétique et du Développement durable, Bouzekri Razi, a mis l’accent sur l’impératif de contenir le réchauffement climatique à 1,5°C d’ici la fin du siècle, conformément à l’accord de Paris, et la transition vers une économie verte.

Dans cette perspective, M. Razi a mis en avant la contribution déterminée du Maroc pour parvenir à une réduction de plus de 45% d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et favoriser les mécanismes multilatéraux en termes de négociation climatique.

Le chef de division du changement climatique et de l’économie verte au ministère, Rachid Tahiri, a, quant à lui, rappelé que le Maroc s’est engagé d’une manière volontaire, intégrée et responsable dans l’effort mondial de lutte contre le changement climatique, dont la Stratégie nationale de développement durable (SNDD) constitue son ancrage institutionnel.

M. Tahiri a, par ailleurs, relevé que le développement de la Stratégie bas carbone 2050 a été initié par la définition d’une Vision Maroc 2050 intégrée, commune et partagée, en vue d’envisager, entre autres, des transformations économiques et sociales profondes dans un monde neutre en carbone.

Organisé par l’ambassade Suisse au Maroc, avec l’aide de la Fondation KliK et du ministère de la Transition énergétique et du Développement durable, cet atelier a pour objectif de mobiliser les acteurs et les institutions concernés pour agir en faveur du climat et mettre en œuvre les dispositions de l’accord de Paris.

Voir aussi:

Maroc-BM: Mme Fettah s’entretient avec M. Belhaj

Lhassan Essajide

LabelVie: Hausse du résultat courant de 20% en 2022

Yosra BOUGARBA

Le FORAF, une plateforme de partage de bonnes pratiques

Yosra BOUGARBA