• Accueil
  • À LA UNE
  • « Le positive Impact », garant d’une croissance pérenne et partagée
À LA UNE

« Le positive Impact », garant d’une croissance pérenne et partagée

MDJS NT7ARKO W NKTACHFO

Casablanca – Le « positive impact » traduit le rôle de l’entreprise en faveur d’une croissance pérenne et partagée et du renforcement du tissu social de manière durable et respectueuse de la dignité humaine et de la nature, a souligné, vendredi à Casablanca, le président-directeur général d' »Al Mada », Hassan Ouriagli.

S’exprimant lors d’un panel sur « le positive impact » dans le cadre de la 6ème édition du Forum international Afrique Développement (FIAD 2019), M. Ouriagli a fait savoir que Al Mada, depuis ses origines, s’inscrit dans ce mouvement en investissant dans des projets structurants pour l’économie marocaine et plus généralement africaine, catalyseurs de progrès au niveau économique et social.

Au sein d’Al Mada, a-t-il expliqué, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est intégrée de manière native dans la stratégie profonde de ses participations, leur progrès étant mesuré à partir d’une performance globale, incluant des dimensions sociales et environnementales en plus de la dimension économique.

Il existe un lien fort entre tout acteur économique, et les territoires et populations auprès desquels il exerce son action, a-t-il ajouté, faisant observer que la conception de l’entreprise en tant qu’acteur n’obéissant qu’à de simples impératifs économiques n’est plus acceptable socialement ainsi que sur le plan environnemental.

Les innombrables enjeux environnementaux en l’occurrence, épuisement des ressources, pollutions multiples, réchauffement climatique ou problématiques de santé publique sont venus, dès les années 2000, renforcer les exigences de base et attentes sur l’impact des acteurs économiques, a-t-il relevé.

M. Ouriagli a en outre relevé qu’en Afrique, de fortes disparités de développement économique existent, des régions demeurent enclavées, des populations en marge, notant que la résorption de ces disparités est un mouvement de fond qui conduira vers une Afrique moderne, fière de sa culture, œuvrant pour l’équilibre et le bonheur des peuples qui la composent.

En passant en revue les expériences d’Al Mada en matière de développement positif, il a assuré que ce fonds d’investissement veille à la création d’emplois de qualité, correctement rémunérés, avec des conditions de travail dignes, notant qu’en termes de désenclavement des territoires, le fonds contribue fortement au développement local notamment dans les mines avec Managem ou les énergies renouvelables avec Nareva.

Ces territoires, a-t-il poursuivi, sont accompagnés dans l’évolution vers une économie bancarisée en rendant accessible des services financiers au plus grand nombre. Attijariwafa bank, dont Al Mada est l’actionnaire de référence, est devenue le 1er réseau bancaire en zone francophone, rappelant également le rôle de la Fondation Al Mada dans les domaines de l’éducation, l’entrepreneuriat et la culture.

Pour sa part, Lionel Zinsou, fondateur et managing partner de Southbridge, a mis en exergue l’impact social des actions des entreprises, plaidant pour un rôle de premier plan des acteurs économiques pour résoudre les inégalités en Afrique, continent qui souffre de nombreux maux sociaux.

Il a relevé, en outre, que la croissance en Afrique est faiblement créatrice d’emploi et que les individus hautement qualifiés peinent à intégrer le marché de travail, appelant à un partenariat entre l’Etat et le secteur privé, qualifié d’acteur incontournable dans ce processus.

De son côté, Carole Kariuki, CEO de Kenya Private Sector Alliance (KEPSA), a souligné que le secteur privé au Kenya remplit son rôle de partenaire de l’Etat, estimant que ce secteur doit créer des emplois régulièrement pour assurer un développement durable.

Le secteur privé a vu son champs d’action s’élargir vers le développement du territoire à travers le transfert des technologies et la formation, s’est-elle félicitée, ajoutant que les petites et moyennes entreprises font partie intégrante du processus et qui bénéficient d’un accompagnement des grandes entreprises pour faciliter leur intégration.

Cet événement, qui met à l’honneur la Sierra Leone, constitue une plateforme de référence en faveur du dialogue, de la promotion des investissements et du commerce intra-africain. Il prévoit ainsi de réunir et mettre en relation 2.000 opérateurs économiques de 34 pays africains.

Dans le cadre de cette manifestation, le groupe Attijariwafa bank, en partenariat avec Arkane, propose une exposition « Travel Weast » qui met à l’honneur 33 artistes africains venant de 18 pays.

Voir aussi:

Sociétés cotées: Repli des revenus de 6,7% au T4-2020

Salma EL BADAOUI

Crédits/dépôts : BAM publie un tableau de bord

Lhassan Essajide

CESE: 9 choix pour définir le modèle de développement

Hicham Louraoui