• Accueil
  • À LA UNE
  • Le rapprochement du monde de la formation et de l’emploi requiert une intelligence collective
À LA UNE Entreprise

Le rapprochement du monde de la formation et de l’emploi requiert une intelligence collective

RHAMNA INVESTORS DAY LEADERBOARD

Casablanca – Le rapprochement du monde de la formation et celui de l’emploi requiert une étroite collaboration et la mobilisation d’une intelligence collective, a indiqué, jeudi à Casablanca, la directrice générale de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT), Loubna Tricha.

“Nous devons travailler en étroite collaboration, s’écouter mutuellement, mobiliser notre intelligence collective et travailler de manière à orienter nos efforts vers une meilleure convergence, afin de réussir à rapprocher le monde de la formation et celui des professionnels”, a souligné Mme Tricha qui s’exprimait lors de la première édition des “Rencontres de l’inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences (MIEPEEC Talks), organisée par le ministère de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Mettant en exergue la difficulté de cette tâche qui nécessite l’intervention de plusieurs ingrédients, notamment l’anticipation, la data, les mécanismes de veille, la coordination en continu, la création d’ingénierie et d’espace de formation, ainsi que la notion de temporalité volatile, quand il s’agit de profils nouveaux, Mme Tricha a fait part des efforts déployés par l’OFPPT en matière de ce rapprochement du monde de la formation et celui des professionnels.

Et de soutenir : “Nous y veillons au quotidien et particulièrement aujourd’hui, eu égard à la grande transformation actuelle, qui chamboule les business model et les chaînes de valeurs, et qui se traduit inévitablement par une évolution à vitesse grand V des besoins en compétence et des métiers”.

Elle en outre souligné l’impératif de travailler dans les bonnes conditions pour arriver aux bons résultats et d’œuvrer de concert pour pouvoir généraliser et faire vivre ce genre d’initiatives dans le temps.

Citant, dans ce sens, l’exemple du Plan d’accélération industrielle, considéré comme la seule politique sectorielle où la réflexion a été menée jusqu’au niveau des besoins en compétence, la responsable a fait savoir que l’Office, en tant qu’opérateur, a reçu des commandes chiffrées contractualisées qu’il a dûment rempli avec la formation de plus de 74.000 jeunes dans différentes disciplines et profils requis.

La première édition des MIEPEEC Talks s’est consacrée aux opérateurs relevant de divers secteurs d’activités pour réussir à tracer les contours du contexte actuel dans les domaines de la formation et de l’emploi.

En plus de Mme Tricha, cette manifestation a connu la participation d’un parterre de personnalités relevant des secteurs public et privé, à l’instar du directeur général de l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences (ANAPEC), Noureddine Benkhalil, du président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), Hamid Bentahar, le président de l’Association marocaine pour l’industrie et la construction automobile (AMICA), Hakim Abdelmoumen, le président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), Karim Cheikh, le président de la Fédération des technologies de l’information, de télécommunication et de l’offshoring (APEBI), Redouane El Haloui, le président de la Fédération nationale de l’agroalimentaire (FENAGRI), Abdelmoinim El Eulj, et le président de la Fédération du commerce et services (FCS), Hicham Saadli.

Voir aussi:

Immorente: un résultat net de 3,8 MDH en 2021

Hicham Louraoui

La tournée de l’ONMT fait escale à Agadir

Salma EL BADAOUI

Maroc: Une étude sur les compétences des migrants africains

Hicham Louraoui