• Accueil
  • À LA UNE
  • L’emploi des migrants, élément clé dans le processus d’intégration
À LA UNE

L’emploi des migrants, élément clé dans le processus d’intégration

L’emploi des migrants constitue un élément clé dans leur processus d’intégration socio-économique dans la société d’accueil, a indiqué, vendredi, la Cheffe de mission à l’Organisation internationale pour les migrations au Maroc (OIM) Maroc, Ana Fonseca.

Le Maroc est conscient, plus que jamais, du rôle central que les mobilités jouent dans le processus du développement humain, a relevé Mme Fonseca qui s’exprimait lors d’un webinaire organisé par l’OIM, en collaboration avec le ministère délégué chargé des marocains résidant à l’étranger, le PNUD et les associations ESMaroc.org et Soleterre.

L’Organisation appuie les institutions concernées par l’emploi, les associations de la société civile et le secteur privé afin de renforcer les dispositifs existant en matière d’intégration socio-économique des migrants et réfugiés et de favoriser la prise en compte de la diversité culturelle dans les stratégies de l’emploi menées par les entreprises marocaines, a-t-elle assuré.

Pour sa part, le président de l’Association Es-Maroc, Ismail Iftissen, a souligné que ce webinaire constitue une occasion idoine d’informer les citoyens sur les mesures prises en matière d’intégration économique des migrants et réfugiés au Maroc et la procédure simplifiée pour le recrutement des salariés étrangers.

Cet événement ambitionne également de partager les expériences et les bonnes pratiques des entreprises déjà engagées dans la gestion active de la diversité culturelle, tout en échangeant sur les mécanismes de coordination et référencement impliquant les institutions publiques, privées et la société civile, afin de mettre en relation les potentiels employeurs et les migrants régularisés et réfugiés à la recherche d’un emploi salarié, a-t-il soutenu.

De son côté, la représentante du ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger, Hind Chaine, a souligné que le Maroc, a souverainement adopté une stratégie nationale de migration et d’asile en 2014, comportant les différents maillons « d’une intégration réussie », allant de l’éducation sociale à la formation et l’emploi en passant par l’assistance.

« Cette stratégie est venue répondre au constat que le Maroc est devenu de plus en plus une terre d’accueil des migrants de différentes nationalités » a-t-elle relevé, notant que le Royaume a toujours été un carrefour civilisationnel, où les cultures se rencontrent et s’enrichissent mutuellement.

L’un des objectifs de cette même stratégie, étant de faciliter l’accès des migrants au marché de l’emploi, a-t-elle précisé, notant qu’une batterie d’actions a été mise en œuvre dans ce sens, notamment l’exemption de la préférence nationale au profit des migrants régularisés, l’accès à des métiers réguliers, la facilitation de l’obtention des contrats de travail pour les étudiants, ainsi que la possibilité pour les migrants d’accéder au statut de l’auto-entrepreneur.

Dans le même sillage, le Chef de division des affaires migration au ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohammed Nejjari, a rappelé que l’emploi des migrants au Maroc est régi par le code du travail, notamment l’article 516, qui stipule que « tout employeur désireux de recruter un salarié étranger se doit d’obtenir une autorisation de l’autorité gouvernementale chargée du travail ». Laquelle autorisation est accordée sous forme de visa apposé sur le contrat de travail.

S’agissant des contrats de travail, M. Nejjari a fait remarquer que les autorisations de travail sont généralement accordées selon deux principes, en l’occurrence, la protection du marché de l’emploi (notamment la préservation des intérêts des compétences nationales contre toute compétence étrangère à qualification professionnelle égale) et l’encouragement de l’investissement pour satisfaire les besoins des entreprises en compétences étrangères, nécessaires au développement de l’économie du pays.

Initié sur le thème « Promotion de la diversité culturelle au sein des entreprises au Maroc », ce webinaire, a été également l’occasion de présenter une rétrospective des actions entreprises en matière d’intégration socio-économique des migrants et réfugiés, ainsi que des initiatives menées conjointement par le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle et l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des Compétences (ANAPEC).

 

Voir aussi:

Abdelmalek Alaoui réélu président de l’IMIS

Salma EL BADAOUI

Cours de change des devises étrangères contre le dirham

Yosra BOUGARBA

La SMIT assurera la mission de pilotage et de coordination du programme « FORSA »

Bassma RAYADI