À LA UNE Produits

L’épicerie fine: Quand le commerce alimentaire fait saliver

MDJS NT7ARKO W NKTACHFO

Par – Salma EL Badaoui –

Casablanca – Foie gras, caviar, condiments, chocolat d’exception, café torréfié d’artisans ou encore thé haut de gamme, du beau et du bon de l’épicerie fine qui est devenue un marché alimentaire en pleine expansion, faisant saliver une clientèle de plus en plus exigeante sur la qualité des produits consommés.

Alors que le consommateur se penche de plus en plus vers les produits gourmets de qualité issus d’un savoir-faire traditionnel, l’effervescence bat son plein sur ce commerce de bouche qui séduit par des achats plaisirs et auxquels la clientèle renonce difficilement.

Pour se développer et faire face aux offensives de la concurrence par les grandes surfaces, les épiceries fines misent sur des stratégies secrètes pour se distinguer des marques liées au monde du luxe, lequel offre un important potentiel de croissance et une capacité de résilience sur le marché.

Force est de constater que le marché de l’épicerie fine a su s’adapter aux nouvelles tendances de consommation, en proposant des produits rares ou de luxe et tablant sur la carte de l’engouement croissant des consommateurs pour l’achat des produits alimentaires de qualité, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, Sara, gérante de l’une des épiceries fines les plus fréquentées à Rabat.

« La spécificité de cette épicerie new-look est de répondre aux nouvelles aspirations des consommateurs qui sont de plus en plus attirés par le fait maison et le bien manger, mais aussi par tout ce qui est gastronomie et produits du terroir », a-t-elle fait savoir.

Selon elle, la nouvelle génération de consommateurs, très exigeante et vigilante quant à la qualité et l’origine des aliments qu’elle achète, est à la recherche de produits innovants et authentiques, surtout pendant les occasions comme ce mois sacré. Cette catégorie de clients n’hésite pas à s’offrir des produits haute de gamme.

Evoquant les défis de la concurrence dans ce secteur en reconversion, Sara a soulevé que de nombreux investisseurs s’intéressent de plus en plus à l’épicerie fine, alors que tous n’ont pas la garantie de réaliser la bonne affaire, car malgré le fait qu’il s’agit d’un domaine à forte potentialité, seules les entreprises qui misent tout sur la qualité de leurs produits tirent leur épingle de jeu.

Au-delà des achats plaisir, les consommateurs apprécient de trouver dans les épiceries fines des produits de très bonne qualité qu’ils ne trouvent pas ailleurs, outre les conseils de professionnels, a-t-elle noté.

Interrogée sur les stratégies de commercialisation de ces produis de niche, cette professionnelle a souligné que le facteur clés du succès marketing est la mise en place d’une offre pointue afin de se démarquer des corners de grandes surfaces, mais aussi de garantir un service client à la hauteur des attentes (accueil, renseignements, réactivité, emballage, cadeaux, fidélisation, réponse aux demandes particulières…).

Il est aussi question d’une mise en scène permanente des produits, en les mixant entre eux pour proposer des coffrets pour tout type d’occasion comme les fêtes religieuses ou encore celles de fin d’année, ainsi que des offres commerciales spéciales entreprises à penser, pour les cadeaux d’affaires par exemple, a-t-elle renchéri.

« En clair, une épicerie fine, c’est le rêve, le voyage et ce sont surtout des beaux produits. Idéalement, c’est un lieu où l’on peut trouver un peu de tout et, en même temps, où on découvre des produits qui sortent du lot », a-t-elle décrit, ajoutant que « c’est un monde d’une ambiance zen où l’on se sent bien et où l’on a envie de tout acheter, de tout manger ».

Etant de plus en plus attachés à la qualité des produits alimentaires qu’on consomme, les gourmets et gourmands optent majoritairement pour l’épicerie fine qui est un secteur dont la spécificité réside dans la commercialisation de produits particuliers, variés et authentiques.

Résultat: les propriétaires de ces épiceries rénovées voient leur clientèle augmenter considérablement au fil des années.

Voir aussi:

Le Maroc table sur la souveraineté énergétique (Média)

La Bourse de Casablanca débute la semaine en baisse

Sara Ouzian

Banques : Une soutenabilité de la croissance des crédits

Samia BOUFOUS