• Accueil
  • À LA UNE
  • Les NFT ou comment révolutionner le monde de l’art dans son ensemble !
À LA UNE

Les NFT ou comment révolutionner le monde de l’art dans son ensemble !

CIH PAY2

Par Samia Boufous.

Casablanca- Encore inconnus du grand public il y a quelques mois, les NFT, de l’acronyme « Non Fongible Tokens » ou ces titres de propriété numérique, uniques et non interchangeables, ne cessent de prendre de l’ampleur et viennent bousculer un monde de l’art souvent frileux vis-à-vis des avancées technologiques.

Si ces trois lettres sont devenues cultes dans le monde de l’art en 2021, c’est avant tout grâce à leur capacité de donner aux collectionneurs l’assurance de posséder un bien unique, soit une avancée cruciale pour les artistes numériques qui entrevoient aujourd’hui, et pour la première fois, un futur dans lequel gagner sa vie est concevable à travers la vente d’œuvres digitales, mais aussi leur revente.

D’ailleurs, leur apparition dans ce monde est même considérée comme une sorte de révolution dans la mesure où sur le marché de l’art traditionnel, les créateurs ne gagnaient souvent rien lorsque leurs œuvres étaient vendues et rachetées, alors que grâce aux NFT, ils peuvent désormais exiger de recevoir automatiquement un pourcentage du prix de revente, ce qui leur donne par ricochet plus de pouvoir, mais surtout plus d’assurance par rapport à leur créations.

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que la valeur de ce mode d’authentification numérique qui allie la créativité artistique à la technologie innovante de la blockchain est déterminée par une combinaison de traits plutôt arbitraires et objectifs, en d’autres termes, les modèles les plus rares sont généralement les plus recherchés et leur valeur peut aller de quelques milliers à des millions de dollars.

Approché par la MAP, Mehdi El Melyani, cofondateur d’une agence digitale qui fournit des services numériques aux professionnels de l’art, a souligné que les NFT constituent l’innovation la plus influente et excitante qu’ait connu le monde de l’art ces dernières années, notant que ce qui se vend le mieux actuellement, ce sont les NFT dynamiques, avec de l’audio ou de la vidéo intégrée ainsi que ceux qui utilisent de la 3D.

Il a, à cet effet, expliqué que quand on achète un NFT, bien qu’il soit lié à une œuvre d’art, on achète seulement un NFT mais pas l’œuvre d’art en question, précisant que la propriété intellectuelle de l’œuvre liée au NFT n’est pas cédée avec la vente du NFT, à moins qu’il y ait accord spécifique.

Abordant le Maroc, M. El Melyani a cité l’exemple de l’artiste Ali Kanane qui a lancé sa première œuvre digitale en NFT, première de son genre par un artiste marocain, en plus de mettre en vente une série limitée à 40 exemplaires d’impressions fines de son œuvre, épuisées en seulement 72 heures, ou encore le chanteur « ElGrande Toto » qui a présenté son premier « drop NFT » exclusif incluant un titre inédit en édition limitée, soit des expériences qui permettront sans nul doute d’atteindre rapidement l’international, notamment en période de pandémie où monter des expositions demeure assez délicat.

Duperie virtuelle, Attention !

Dans ce même contexte, M. El Melyani a, par ailleurs, affirmé que comme toute nouvelle technologie, les NFT comportent des risques, notamment celui de perdre l’accès au code secret donnant accès au portefeuille électronique contenant ces jetons. « Si celui est perdu, il n’existe aucun moyen de le récupérer et personne ne pourra plus accéder aux NFT », a-t-il fait savoir.

Il a également, affirmé, que cet univers, évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars et objet d’une spéculation débridée, recèle d’authentiques arnaques et attire déjà les « magouilleurs » qui vont jusqu’à mettre en vente des œuvres ne leur appartenant pas et à l’insu de leur auteur en plus des pirates informatiques qui y voient une bonne manière d’arnaquer les néophytes en postant des annonces frauduleuses de vente.

Certificat d’authenticité par excellence, le NFT a en effet été une véritable aubaine pour le monde artistique qui a su se renouveler à partir de la blockchain. Mais cette « hype » autour des NFT peut-elle perdurer après la crise ? telle est la question !

Voir aussi:

Relance du tourisme interne: 3 questions à un expert

Safaa BENNOUR

CESE: l’efficience pour un nouveau palier de croissance

Mohammed HAMIDDOUCHE

AWB améliore son RNPG à 3,8 MMDH

Hicham Louraoui