• Accueil
  • À LA UNE
  • Les ZES de Tanger gérées d’une manière « très efficace »
À LA UNE

Les ZES de Tanger gérées d’une manière « très efficace »

Casablanca – Les six zones économiques spéciales (ZES) de Tanger sont gérées d’une manière « très efficace » et « professionnelle » par l’Agence spéciale Tanger Med (TMSA), selon une récente étude du Policy Center of the New South (PCNS).

Ces zones, à savoir Tanger Free Zone, Renault Melloussa Park, Tanger Automotive City, Zone franche commerciale de Fnideq, Tétouan Park et Tétouanshore, ont généré des investissements et emplois significatifs et satisfont les besoins de leurs clients industriels, souligne cette étude intitulée « Zones économiques spéciales: un modèle pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ».

Cependant, poursuit l’étude, « l’efficacité des zones de Tanger Med en matière de renforcement des capacités de l’économie locale et nationale est moins évidente », notant que les efforts menés sont axés sur le renforcement des compétences et l’intégration d’employés qualifiés dans l’écosystème de fabrication automobile dans ces zones.

« L’impact reste limité concernant le développement d’un secteur d’ingénierie plus diversifié », estime l’étude réalisée en collaboration avec le programme régional Sud Méditerranée de la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS Poldimed) et de l’institut EastWest.

Compte tenu de la faiblesse du secteur des PME nationales au Maroc, l’importance accordée au renforcement des compétences des ressources humaines est pertinente, relève l’étude, appelant, toutefois, le gouvernement et les autorités locales à se focaliser davantage sur la formation et les liaisons en dehors des ZES.

« Il serait également utile d’étudier et de traiter les aspects fiscal, douanier ou autres et qui semblent entraver les échanges de biens et de services à travers les ZES », indique l’étude.

En outre, et étant donné la difficulté d’obtenir des chiffres sur ces zones, surtout ceux relatifs à leur impact et contribution à l’économie nationale, une institution (Think tank local, agence de promotion des investissements ou université) devrait commencer à évaluer les performances de la zone et réaliser des recommandations de politiques à suivre, préconise l’étude.

Par ailleurs, cette étude a souligné que la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) regorge d’énormes potentialités économiques avec des ressources naturelles et des capacités de production industrielle remarquables.

Bien que des progrès considérables ont déjà été accomplis, une intégration régionale plus profonde et une coopération plus forte peuvent donner l’impulsion nécessaire pour faciliter le développement et améliorer les structures économiques nationales et régionales.

D’après l’étude, les pays de la région MENA ont des besoins clairs en termes de mise à niveau sectorielle, de diversification, d’intégration économique régionale, de développement économique local, d’inclusion économique et de création d’emplois, estimant que les Zones économiques spéciales présentent un grand potentiel inexploité à même de répondre à tous ces besoins.

Voir aussi:

Changes: le dirham se déprécie face à l’euro

Lhassan Essajide

BMCI: hausse de 1,74% du RNPG à fin septembre

Mohammed HAMIDDOUCHE

Transport aérien: la polonaise LOT reprend Condor

Khalid ABOUCHOUKRI