À LA UNE

L’inflation sous-jacente recule à 0,5% en 2019

Rabat – L’inflation sous-jacente a sensiblement reculé en 2019, revenant à 0,5% après 1,3% une année auparavant, tirée essentiellement par sa composante alimentaire, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Cette évolution reflète une baisse de 12,2% des prix des « huiles » en lien avec d’un côté le repli des cours internationaux, l’indice des prix des huiles végétales de la FAO ayant diminué de 6,2%, et de l’autre la chute des prix de l’huile d’olive au niveau national suite à une production oléicole record, a précisé BAM dans son rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière au titre de l’exercice 2019.

En outre, les prix des « huiles et graisses » ont régressé de 0,9%, contre une augmentation de 9,5% alors que les « viandes fraîches » ont connu une hausse de 4,6% de leur prix pour la deuxième année consécutive, souligne BAM.

Pour leur part, les prix se sont accrus de 0,8% après 1,8% pour les « biens et services divers », poursuit le rapport, notant que cette décélération a été contrebalancée par l’accélération du rythme des prix des autres composantes, en particulier l’ »enseignement » qui a affiché une nouvelle progression des frais de 3,5% après 2,6% et la rubrique « communications » dont les prix ont augmenté de 3,3% au lieu de 1%.

Au total, la contribution de l’inflation sous-jacente à la variation de l’indice des prix à la consommation a baissé de 0,8 point de pourcentage à 0,3 point en 2019, relève la Banque centrale.

Par ailleurs, l’inflation, mesurée par la variation de l’indice des prix à la consommation, s’est nettement affaiblie en 2019, s’établissant à 0,2%, son plus bas niveau depuis 1968, selon BAM, expliquant cette forte décélération essentiellement par une baisse de 1,5%, après une augmentation de 3% un an auparavant, des prix des produits alimentaires à prix volatils et par un recul sensible de l’inflation sous-jacente.

Au cours des trois premiers mois, les produits alimentaires à prix volatils ont vu leur prix diminuer de 5,8% moyenne sous l’effet de l’amélioration de la production de certaines filières en particulier celle des agrumes, ajoute le rapport, faisant observer que sur l’ensemble de l’année, le repli a concerné quasiment tous ces produits, à l’exception des « légumes frais » et des « poissons surgelés ou congelés » qui ont connu des augmentations respectives de 4,5% et 1,7%.

Voir aussi:

Gaz butane: Les importations couvrent les besoins nationaux

Hicham Louraoui

Croissance de 4,2% de la masse monétaire en avril

Khalid ABOUCHOUKRI

Hausse de 6% des exportations des produits maraîchers

Youness AKRIM