• Accueil
  • À LA UNE
  • Engagement du gouvernement à accompagner les entrepreneurs marocains
À LA UNE

Engagement du gouvernement à accompagner les entrepreneurs marocains

Le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, a réaffirmé, samedi à Paris, l’engagement du gouvernement, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, à accompagner les entrepreneurs de la diaspora marocaine pour investir dans le Royaume.

M. Sekkouri, qui intervenait à l’occasion de la 14ème édition de la Journée de la Création d’Entreprise, qui s’est ouverte samedi à la Maison de la chimie à Paris, a passé en revue, devant une assistance nombreuse constituée principalement de start-upers marocains d’île de France et de plusieurs autres villes, les réformes engagées par le gouvernement en la matière.

Il a cité, tout particulièrement, la nouvelle charte de l’investissement, qui vient d’être finalisée et qui constitue un outil fondamental pour encourager les porteurs de projets à investir dans le Royaume, à leur tête les Marocains du monde, faisant observer que cette charte a pour objectif de faire passer l’investissement privé aux deux tiers de l’investissement total à l’horizon 2035.

Et de relever que le Royaume a mis en place une architecture qui permet d’avoir un interlocuteur, afin d’accompagner les porteurs de projets et les investisseurs.

Le ministre a fait savoir également qu’un outil digital dans ce domaine est en cours de mise en place, dans le cadre de l’optimisation de la gouvernance entrepreneuriale, soulignant l’importance pour les start-upers de se déployer sur le continent africain, tirant profit des relations privilégiées du Maroc avec plusieurs pays du continent, notamment à travers les accords de libre-échange.

En vue d’aller de l’avant dans cette politique ambitieuse d’encouragement de l’investissement et de l’initiative privée, a indiqué le ministre, le gouvernement œuvre, via notamment son département, à faire converger tous les programmes mis en place en la matière par les différents ministères et administrations.

De son côté, l’ambassadeur du Maroc à Paris M. Mohamed Benchaâboun a axé son intervention sur le développement inclusif et durable, qui sont aujourd’hui à la fois les deux défis, mais aussi les deux boussoles de la politique du Royaume, lesquelles donnent l’orientation fixée par le Souverain vers laquelle les pouvoirs publics et l’ensemble des forces vives du pays doivent s’acheminer.

Mettant en avant l’existence dans le Royaume d’un consensus pour lutter contre les inégalités et contre le dérèglement climatique, avec toutes ses conséquences sur tous les pans de notre économie et sur la ressource hydrique, le diplomate a souligné que le développement durable constitue le « combat de tous et de tous les instants », dans le sillage des conséquences dévastatrices du changement climatique pour la région et l’Afrique.

Le Royaume a anticipé cette inflexion il y a quelques années déjà, en s’inscrivant dans l’effort international visant la lutte contre le changement climatique avec comme point d’orgue de cet engagement l’organisation à Marrakech de la COP22 sur le climat, a rappelé M. Benchaâboun, évoquant aussi les différents plans et programmes mis en place pour lutter contre le changement climatique.

Concernant le challenge du développement inclusif, le diplomate a évoqué l’impact économique de la crise sanitaire sur les ménages et les différents dispositifs d’appui mis en place par le gouvernement pour en atténuer l’impact sur les citoyens, parallèlement à l’annonce par SM le Roi du projet de généralisation de la protection sociale.

‘’Assurer l’efficacité et le succès de ces politiques pour un développement durable et inclusif passe impérativement par la création de la croissance et attirer les investissements’’, a fait observer l’ambassadeur. Il a rappelé dans ce sens la finalisation de la charte d’investissements, ainsi que des réformes importantes qui ont permis d’améliorer le climat des affaires et attirer les investisseurs étrangers, dont la simplification des procédures nécessaires à la constitution de sociétés, la création des Centres Régionaux d’Investissement qui agissent comme ‘’guichets uniques’’ et la digitalisation des procédures avec certaines autorités locales pour réduire significativement le temps nécessaire à la constitution d’une société.

La 14ème édition de la Journée de la Création d’Entreprise s’est ouverte, samedi matin à la Maison de la chimie à Paris, sous le thème « Nouveau Maroc, nouveaux challenges vers un développement inclusif et durable », à l’initiative de Maroc Entrepreneurs, association regroupant un réseau de compétences marocaines de plus de 12.000 membres.

L’association entend, à travers cette édition, mettre en évidence l’actualité économique et les perspectives de croissance du Royaume, à travers une table ronde sur la nouvelle dynamique des régions, leurs projets structurants et leurs actions pour créer un écosystème propice à l’essor de l’entrepreneuriat et de l’investissement.

Voir aussi:

Convention de partenariat entre la CDG et la CDC de Côte d’Ivoire

Youness AKRIM

Crédit immobilier: Le GCAM lance « Sakan Qaraoui »

Hicham Louraoui

Mohamed Bachiri désigné président par intérim de la CGEM

Hicham Louraoui