À LA UNE

NFTs: ces jetons qui peuvent valoir une grosse fortune

Les marchés internationaux de l’art, des jeux vidéo et du sport s’enflamment grâce aux NFTs (Non Fongible Token – jetons non-fongibles), ces jetons numériques rachetables et infalsifiables et qui peuvent valoir une « grosse » fortune.

Dans un contexte économique perturbé, ces certificats numériques, qui déferlent dans de nombreux secteurs cherchant les moyens de monétiser leurs biens numériques, sont synonymes, pour certains, d’une vraie croissance supplémentaire, puisqu’ils permettent d’accumuler et d’effectuer des transactions de monnaie virtuelle au succès bien réel.

Nés avec le développement des technologies décentralisées de la blockchain, ces certificats de propriétés d’objets numériques (photos, dessins, vidéos, audios, textes…) sont portés par le besoin de conférer la notion de propriété privée aux biens, particulièrement dans un contexte virtuel de la révolution metaverse.

Le développement du numérique a ainsi fait en sorte que ces jetons explosent, à la manière des cryptomonnaies, générant ainsi de nombreuses opportunités financières très importantes dans le marché international.

« Le fonctionnement du NFT est simple. Une image, une vidéo, un son, un texte ou un fichier compressé obtient un identifiant dans lequel le nom de l’auteur, sa valeur initiale et son historique de vente, entre autres métadonnées, sont enregistrés”, a expliqué, dans une déclaration à la MAP, Taha Tchamili, un collectionneur et spéculateur de NFTs, relevant que ce jeton numérique, ne peut être ni dupliqué, ni consommé, ni remplacé par autre chose.

« Évidemment, rien n’empêche quelqu’un de copier une œuvre numérique et de la mettre en ligne sur son propre blog ou site internet (rien, sauf le droit d’auteur), mais en acquérant le NFT, l’acheteur acquiert l’œuvre signée par l’auteur et les droits de propriété », a-t-il détaillé.

Tout contenu numérique peut être « tokenisé », a-t-il relevé, précisant que grâce à la technologie blockchain et aux contrats intelligents, ce contenu peut être doté d’une série de métadonnées qui garantissent son authenticité, identifient son auteur, sa valeur de départ et d’acquisition et toutes les transactions qui ont vécu depuis sa création (son créateur, qui l’a symbolisé et qui, où et pour combien a-t-il été vendu).

Ce jeton, a dit M. Tchamili, inclut dans son code des instructions informatiques appelées +smartcontracts+ qui déterminent ses caractéristiques et qui permettent de les identifier par l’attribution d’une adresse unique sur la blockchain garantissant ainsi son authenticité.

Les NFTs peuvent ainsi servir à différentes fins, à titre d’exemple, assurer à l’artiste original une partie des bénéfices qui peuvent être produits par une future vente de jetons, ce qui peut rapporter une grosse fortune.

D’après une étude Chainalysis relayée par le Financial Times, à la fin de l’année 2021, près de 41 milliards de dollars avaient été dépensés en NFTs.

« Au total, 40,9 milliards de dollars ont été versés dans les contrats de blockchain ethereum qui sont généralement utilisés pour créer des NFT au cours de l’année jusqu’au 15 décembre », selon Chainalysis, un groupe d’analyse cryptographique, relayé par le Financial times.

De nombreux artistes, influenceurs, célébrités et compagnies suscitent ainsi un brusque regain d’intérêt pour ce marché juteux et commencent eux aussi à développer une place de marché pour ces jetons spéciaux.

Voir aussi:

Indice AGR-ABI: Une performance de 2,8% en 2020

Salma EL BADAOUI

Schneider Electric lance le Galaxy VL

Samia BOUFOUS

Aïd Al-Adha: Guide pour le respect des mesures sanitaires

Hicham Louraoui