À LA UNE

Quel redressement de l’économie mondiale suite au Covid-19?

MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90
CAMPAGNE ADD
Sbah Nor

Rabat, Le redressement de l’économie mondiale suite à l’épidémie de la Covid-19 a été au centre du débat des intervenants de la 8e web-session des « MEDays Talks », un débat qui se tient du 10 au 17 novembre en format virtuel.

Lors de cette rencontre modérée par la directrice générale d’Oxford Business Group, Oumnia Boualam et placée sous le thème « Économie mondiale et perspectives commerciales : plus de souveraineté et moins d’intégration ? », l’ancien vice-premier ministre portugais, Paulo Portas, a indiqué que le besoin central de l’économie mondiale est la libéralisation des échanges et le rétablissement des circonstances et des institutions pour le commerce mondial.

La pandémie n’est pas la première crise globale et elle ne sera pas la dernière, a-t-il noté relevant que ce que la pandémie a révélé est « l’absence d’institution de gestion de crise mondiale ».

Pour sa part, l’économiste et consultant en Finance et en Stratégie, Alexander Kateb, a souligné que le monde est « au devant de changements importants dans l’économie mondiale au niveau des relations internationales, qui vont progressivement émerger ».

« Ces changements seront peut-être comparables à ce qu’on a connu à l’issue de la deuxième guerre mondiale », a-t-il prévenu, ajoutant qu’il s’agit probablement d’un « catalyseur important de la naissance d’un nouvel ordre mondial » et d’une nouvelle économie mondiale.

Chaque pays doit savoir se positionner dans ce nouveau monde qui vient, a prôné l’expert.

De son côté, Abdelmalek Alaoui, le PDG de Guepard Groupe, un bureau de conseils stratégiques, a relevé que dans cette compétition mondiale « on devra faire face à de multiples challenges, notamment réglementaires », ajoutant que ce qui manque aujourd’hui c’est un leadership qui va pouvoir « conduire cette symphonie ».

« Cela représente pour les pays africains une opportunité unique de faire risette de nos économies et d’être moins dépendants au niveau de la transformation des chaines de valeur de nos partenaires internationaux », a-t-il noté.

Même son de cloche chez le directeur adjoint général de l’Organisation Mondiale du commerce, Yonov Frederick Agah qui a affirmé que la coopération et la coordination internationales sont importantes pour l’avenir. « Aucun pays ne peut trouver, à lui seul, une solution que ce soit du côté sanitaire de la pandémie ou de la reprise économique de la pandémie ».

« Les marchés imprévisibles restent un outil important pour une reprise économique forte et inclusive, a-t-il dit. En outre, selon M. Agah le défi actuel et urgent pour tous les pays du monde entier est de veiller à ce que l’aspect commercial de la pandémie soit rapidement adressé de manière à ce que le commerce reste le catalyseur de la croissance, de la productivité et des opportunités économiques ».

Le directeur du Center des études américaines, Yong Wang, a de sont côté indiqué que l’humanité dispose des moyens de surmonter et gérer la crise et son impact sur l’économie mondiale et la chaîne d’approvisionnement mondiale, à savoir la technologie et la science à travers le développement de politiques et de mécanismes internationaux et le renforcement de la coopération.

Organisés par l’Institut Amadeus, les « MEDays Talks », placés sous le thème « Dans le sillage de la Covid-19: Ripostes, reprise et disruption » connaissent à l’instar du « Forum MEDays », la participation de personnalités internationales de renom, qui prendront part à des discussions et des débats sur les grands sujets d’actualité.

A l’image des sujets traditionnels du « Forum MEDays », le continent africain constitue l’élément central des discussions des « MEDays Talks », une occasion devant permettre d’explorer les opportunités qui s’offrent à l’Afrique post-Covid, aux leçons à en retenir, à l’importance de la technologie digitale dans le développement économique et social du continent, sans oublier le rôle crucial des partenariats Sud-Sud pour les pays en développement.

Voir aussi:

Taqa Morocco: Le RNPG de 152 MDH au T1-2020

Soukaina OUMERZOUG

Hausse de 4,9% du crédit bancaire en août

Hicham Louraoui

Produits alimentaires/Ramadan: 541 infractions constatées

Sara Ouzian