• Accueil
  • À LA UNE
  • 4 questions au DG de l’hôtel&Ryads « Barrière Le Naoura »
À LA UNE

4 questions au DG de l’hôtel&Ryads « Barrière Le Naoura »

MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90
Sbah Nor
CAMPAGNE ADD

Marrakech- Rachid Assoudi, directeur général de l’hôtel & Ryads « Barrière Le Naoura » à Marrakech revient, dans un entretien accordé à la MAP, sur la réouverture de ce joyau du groupe Barrière au Maroc, ainsi que sur les mesures entreprises pour la relance du secteur touristique dans le Royaume, et l’adaptation aux nouvelles conditions sanitaires liées à la Covid-19.

1 – Vous avez acté la réouverture de votre hôtel après plus de six mois de fermeture. Quelles sont les motivations de cette décision ?

La volonté d’ouvrir à nouveau le joyau du groupe Barrière au Maroc plus précisément à Marrakech se voit l’expression d’une volonté citoyenne d’accompagner la relance du secteur touristique dans le Royaume et de s’adapter aux nouvelles conditions sanitaires liées à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) au Maroc et dans le monde.

Nous avons tous, en tant qu’acteurs agissants dans le secteur du tourisme, la responsabilité de trouver et d’adopter des solutions économiques d’une manière réfléchie et rapide.

A cet égard, nous avons aussi pris cette décision pour répondre aux besoins de la clientèle marocaine qui était et est toujours notre cœur de cible bien avant la survenue de la crise sanitaire.

Aussi, nous voudrions contribuer à la relance du tourisme à Marrakech, peut-être dans le cadre d’une nouvelle approche, qui commence réellement à s’installer presque naturellement.

Le point fort demeure la capacité de chaque acteur à détecter ces changements du tourisme d’une manière globale et à s’accommoder avec.

La volonté et l’engagement inconditionnels de l’ensemble de nos collaborateurs, nous ont permis de ré-ouvrir, dans des conditions optimales.

2- La crise sanitaire due à la Covid19 a frappé de plein fouet le secteur de tourisme. Comment envisagez-vous la relance ?

Il est clair que la crise sanitaire a durement frappé le secteur du tourisme ainsi que toutes les activités annexes du secteur : agence de voyage, guides touristiques, artisans …

Pour pouvoir relancer le secteur, il faudrait avoir une vision réelle et globale des dommages que la crise sanitaire a causés et causera encore. Nous n’avons, certes, aucune visibilité sur la fin de la crise. En revanche, le mot clé pour relancer le secteur est l’adaptation avec les conditions réelles, tout en réduisant au maximum les dommages pouvant être engendrés.

Il va sans dire que la crise économique pourrait durer encore, et les recettes du secteur seraient au plus bas, mais cela ne nous empêche pas de créer de nouveaux business modèles qui sauront amortir les conséquences alarmantes de cette crise économique.

Certes, nous ne parlons pas de développement, parce que la situation ne le permet plus, mais on parle d’adaptation, d’innovation et de présentation de produits et services hôteliers capables de répondre aux attentes du marché touristique national.

Dans le cadre des mesures sanitaires mises en place par le groupe Barrière dans le but d’assurer la sécurité sanitaire des clients : le port obligatoire du masque de protection pour l’ensemble des collaborateurs et clients, la mise en place de la signalétique appropriée, la distribution de gel hydro-alcoolique, l’établissement d’une fiche d’information, outre le rappel des gestes barrières, ainsi que la désinfection permanente de l’ensemble des espaces et dépendances de l’hôtel. Nos collaborateurs ont également suivi toutes les formations avant la réouverture de l’hôtel.

3- Vous avez opté pour le tourisme solidaire et équitable. Dans quel cadre s’inscrit cette approche ?

Notre approche solidaire, vient de notre propre stratégie de relance du tourisme avec basculement aussi vers la clientèle nationale, tout en réunissant l’ensemble des éléments qui sauront répondre efficacement à cette clientèle. Notre parfaite connaissance des besoins du touriste marocain nous a permise de créer un écosystème basé sur le produit local. Nous envisageons d’activer plus de 50 % de nos différents besoins au profit des prestataires et fournisseurs locaux, PME et TPE, agriculteurs, artisans …

Notre approche est placée sous le signe de la solidarité : Écourter les relais de distribution et aller directement chez le producteur. Aider les filières agricoles et associations à retrouver de l’espoir et participer en tant que partenaire à la relance touristique de la destination Marrakech.

Nous voudrions aussi faire participer l’ensemble des intervenants dans le secteur à présenter un concept concret et surtout authentique puisant dans les traditions marocaines séculaires et des plus connues dans le monde entier, en l’occurrence : la générosité et l’hospitalité inconditionnelle. En tant que professionnels du secteur, nous avons tous les éléments pour réussir ce concept et le faire durer dans le temps.

4- Dans le cadre des efforts visant la relance du secteur, quelle démarche comptez vous adopter en vue de permettre à votre établissement de s’imposer face à la présence d’enseignes internationales prestigieuses ?

L’hôtel et Ryads Barrière Le Naoura- Marrakech fait partie du Groupe Barrière connu dans le monde, comme étant leader dans le marché.

Nous avons adapté notre offre à la demande de la clientèle marocaine. A titre d’exemple, nous avons projeté un taux de remplissage de 30% avant l’ouverture de l’hôtel, nous en sommes à plus de 50%.

Nous avons étudié de très près les besoins et les envies du touriste marocain et nous avons mis en place des offres qui sauront répondre à ces besoins, à savoir : l’application minutieuse des normes et protocoles sanitaires, des packages spécialement conçus pour les familles marocaines, des offres pour le tourisme d’affaires tout aussi adaptées; un service personnalisé et « sur mesure » et finalement, nous sommes passionnés par nature de pouvoir offrir du bonheur à nos clients marocains.

Voir aussi:

Lydec: Baisse de 17% du résultat net 2019

Hicham Louraoui

Bank Al-Maghrib réduit le taux directeur à 1,5%

Hassnaa EL AKKANI

Lesieur Cristal: Un CA de 1,94 MMDH au S1

Hicham Louraoui