• Accueil
  • À LA UNE
  • Tourisme/Covid-19: Les solutions demandent « pondération » et « recul »
À LA UNE Entreprise

Tourisme/Covid-19: Les solutions demandent « pondération » et « recul »

Casablanca – Le secteur touristique national, en proie à une crise inédite provoquée par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), a besoin de solutions qui demandent de la « pondération » et du « recul », a estimé, Abdelhadi Alami, Président fondateur du Groupe Dounia Hôtels.

« Les professionnels du tourisme, au Maroc et ailleurs, réagissent avec effroi et incompréhension face à une pandémie planétaire qui met quotidiennement tout le monde à l’épreuve », a déploré l’expert touristique maghrébin dans une interview publiée sur le magazine « Le Temps ».

M. Alami a, dans ce sens, souligné l’impact néfaste de la crise sur l’ensemble des maillons du secteur, « avec toutes ses composantes hôtelières, de restauration et de transport », notant que les hôteliers et les restaurateurs de tous genres sont presque au bout de leurs capacités de résistance.

Face à cette pandémie, il a rappelé avoir suggéré une solution pragmatique à même de sauver les activités dans l’industrie hôtelière. Il s’agit pour chaque unité hôtelière d’exiger de ses clients potentiels de se munir d’un test « PCR ». Cette exigence est devenue systématique par rapport au transport aérien.

En outre, l’expert a fait observer que « les hôteliers doivent avoir à leur disposition un médecin et un assistant, de manière quasi-permanente », expliquant qu’une telle précaution permet de recevoir les clients sans problème.

« Dans le cas où une contamination survient durant le séjour en hôtel, celui-ci prend immédiatement les mesures d’urgence prévues par les autorités sanitaires du pays et il suit alors le dossier de son client », a-t-il soutenu.

En effet, ce procédé doit couvrir l’intégralité du parcours du touriste depuis l’arrivée à l’aéroport, insiste l’expert, ajoutant que « si les avions de la RAM d’abord, puis ensuite d’autres compagnies aériennes de pays partenaires s’inscrivent dans cette procédure, le tourisme au Maroc donnera alors la preuve que ce secteur peut être préservé et sa sécurité assurée ».

Par ailleurs, M. Alami a relevé que la lutte contre cette pandémie universelle et exceptionnelle nécessite au delà, des moyens conventionnels, un travail culturel, social et également spirituel à mener en profondeur pour donner à l’effort collectif tout son sens et optimiser son efficacité.

Voir aussi:

Cours de change du dirham au 8 février

Salma EL BADAOUI

Marchandises dédouanées:Une nouvelle procédure relative à l’utilisation du BAD électronique

Yosra BOUGARBA

Stock stratégique de produits de base: vers la création d’un écosystème national intégré

Bassma RAYADI