À LA UNE

La CNT propose des mesures pour contrer le Coronavirus

Rabat – La Confédération Nationale du Tourisme (CNT) a proposé, lundi à Rabat, une série de mesures pour aider les entreprises du secteur à surmonter l’impact économique du coronavirus.

A l’issue de la première réunion du Comité de Veille Économique (CVE), le président de la CNT, Abdellatif Kabbaj a relevé dans une déclaration à la MAP, que parmi les mesures proposées au CVE pour soutenir le secteur face aux conséquences de la crise du coronavirus figurent le report/suppression des charges sociales (CNSS/CIMR..) et les dégrèvements d’impôt (IR, IS, TVA..) pour toute la période de crise.

Il s’agit également du report des échéances bancaires de 12 mois, le maintien des lignes de crédit et l’ouverture de lignes d’emprunts sur 12 mois avec réduction du taux d’intérêt à 2% sur cette période.

Parmi les mesures proposées également, pour accompagner le secteur dans la gestion de cette mauvaise passe, M. Kabbaj cite le renforcement des garanties de crédit, la mise en place d’un Fonds de soutien en faveur des entreprises touristiques pour faire face aux conséquences des crises et la mise en place d’un dispositif de chômage partiel.

La CNT a suggéré aussi au CVE l’engagement de l’Etat (administration, établissement publics..) pour le paiement des dettes vis-à-vis des opérateurs et pour accélérer le remboursement de la TVA.

S’agissant de l’impact de la crise, le président la CNT a indiqué que, si les choses vont mal, le secteur du tourisme va perdre 34 milliards de dirhams en termes de chiffre d’affaires d’ici la fin de l’année. « Si le tourisme entier perd 34 milliards, le secteur de l’hôtellerie va perdre 15 milliards », a-t-il estimé.

Le Comité de Veille Économique a tenu, lundi, sa première réunion pour discuter des mesures à prendre afin de préserver la situation économique au Maroc face au nouveau coronavirus.

Voir aussi:

Change: le dirham s’apprécie contre l’euro et le dollar

Khalid ABOUCHOUKRI

Les délais de paiement s’améliorent mais restent trop longs

Hicham Louraoui

L’expérience minière du Maroc toujours citée comme référence au niveau africain

Naji