À LA UNE Entreprise

Covid-19: Quand l’offshoring redoute un cataclysme

= Par Salma El Badaoui =

Casablanca – Considéré comme l’un des métiers mondiaux phares du Royaume, l’offshoring semble ne pas échapper aux lourdes conséquences de la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19). Si ce secteur a réussi en 20 ans à briller de mille feux avec un développement exponentiel illustré par une croissance à deux chiffres (28% en 2019), le covid-19 risque de le tirer brutalement vers le bas.

Pour faire face à cette situation inédite, les opérateurs de l’offshoring étaient devant l’obligation d’élaborer des plans d’urgence pour assurer la continuité des services, tout en s’adaptant à l’avalanche de mesures d’hygiène et de sécurité qu’impose cette crise sanitaire.

D’ailleurs, la majorité d’entre eux ont opté pour le télétravail en vue de pouvoir respecter la distanciation au sein des plateaux et à bord du transport du personnel.

C’est dans ce sens que Karim Bernoussi, Président-directeur général (PDG) du groupe Intelcia, un des acteurs du marché de l’outsourcing au Maroc, a fait savoir que toutes les entreprises ont dû prendre des mesures d’urgence et revoir leurs modes de travail pour pouvoir assurer la continuité de service pour les clients donneurs d’ordre.

En dépit de ces mesures, une baisse de l’activité reste inévitable, a-t-il souligné dans un entretien à la MAP, précisant que le chiffre d’affaires d’Intelcia a diminué d’environ 15% en mars et devrait reculer de 30% jusqu’à 40% en avril.

« Malgré cette baisse, nous maintenons la totalité de nos effectifs et nous préservons les salaires des collaborateurs », a affirmé M. Bernoussi, faisant observer que le groupe compte plus de 8.700 collaborateurs qui travaillent à distance, dont près de 5.000 au Maroc.

Interrogé sur les stratégies adoptées afin de préserver l’emploi pendant cette période, le responsable a noté que le groupe s’est fixé deux priorités, à savoir la sécurité sanitaire et financière des collaborateurs et le maintien des services pour les clients. Une équation délicate puisqu’il a fallu à la fois alléger de manière importante la présence sur les sites pour assurer les aménagements sanitaires nécessaires et maintenir des activités dans l’intérêt des clients et des collaborateurs.

M. Bernoussi a également indiqué qu’une série de mesures devraient être renforcées de manière drastique sous ce confinement pour préserver la sécurité sanitaire et ce, conformément aux recommandations des autorités publiques. Il s’agit aussi de renforcer le dispositif d’hygiène et de nettoyage grâce à des opérations de décontamination préventive.

Concernant l’évolution du secteur au Maroc et les perspectives d’avenir, le PDG d’Intelcia a relevé qu’il est difficile de prédire la situation d’après confinement. Cependant, a-t-il soutenu, l’entreprise reste très positive et continue de recruter et former à distance pour les prochaines semaines.

« Nous continuons à travailler sur nos projets de développement stratégiques entamés avant la crise, lesquels consistent à développer notre capacité multilingue et diversifier nos expertises métiers dans l’objectif d’atteindre notre ambition de devenir à moyen terme, un acteur global mondial de l’outsourcing », a-t-il assuré.

Au niveau de l’expertise métiers, le groupe a lancé un nouveau pôle Intelcia It Solutions qui accompagne les entreprises sur leurs problématiques d’infogérance et besoins de développement d’applications. Ce pôle a d’ailleurs déployé deux solutions de gestion digitale des documents qui sont aujourd’hui utilisées par plus de 300 organisations.

Représentant quelque 110.000 emplois au Maroc et 3% du PIB, le secteur de l’Offshoring a mis en oeuvre tous les moyens pour transcender l’épreuve du coronavirus et s’en sortir encore plus fort.

Voir aussi:

Marché monétaire: Un besoin en liquidité de 153,9 MMDH

Youness AKRIM

Économie d’énergie: L’AMCA et Quadran Maroc partenaires

Khalid ABOUCHOUKRI

Performance mensuelle: La BVC clôture novembre en hausse

Khalid ABOUCHOUKRI