Financial communication

BDT : poursuite de l’affaiblissement de la demande en 2022

La demande des investisseurs en bons du Trésor (BDT) a marqué un net recul en 2022, confirmant la tendance baissière entamée depuis 2019, selon Attijari Global Research (AGR).

Celle-ci s’établit à 253 milliards de dirhams (MMDH) en 2022, en baisse de 17,1% par rapport à 2021, note AGR dans son récent “Research Report-Fixed Icome” sous le thème “Courbe des taux: une rupture avec la tendance décennale”, précisant que la demande des investisseurs franchit ainsi à la baisse la barre symbolique des 300 MMDH.

Selon la propre lecture des analystes d’AGR, le net ralentissement de la demande en BDT et son orientation vers le compartiment CT s’expliqueraient par trois principaux facteurs, à savoir le creusement du déficit de liquidité bancaire à fin 2022 de près de 22 MMDH à 86,5 MMDH, l’orientation du Trésor vers les nouveaux mécanismes de financements innovants relativement plus attractifs que les BDT et le manque d’appétit des sociétés de gestion et des assurances envers les BDT dans un contexte inflationniste qui semble persister ainsi que les anticipations de relèvement du Taux Directeur de Bank Al-Maghrib.

À l’analyse de la répartition de la demande des investisseurs en BDT, les experts d’AGR relèvent une prépondérance des maturités courtes dans les portefeuilles des investisseurs dont le poids a progressé de 28% à 51% sur la période 2021-2022. Ceci s’est opéré au détriment des maturités moyennes dont le poids a reculé à 37% en 2022 contre 55% en 2021.

Concernant le LT, son poids a reculé de 17% à 12% durant la même période, souligne la note, expliquant que cette orientation de la demande des opérateurs vers le CT demeure conforme avec la politique d’émission du Trésor en BDT en 2022.

Voir aussi:

BAM: Les créances en souffrance en hausse de 5,6% au T4-2023

Zineb Bouazzaoui

Banques : le déficit de liquidité se creuse à 137,4 MMDH (BKGR)

Zineb Bouazzaoui

OMPIC : 24.896 entreprises créées à fin mars 2024

Zineb Bouazzaoui