• Accueil
  • À LA UNE
  • Décarbonation des supply chain: Débat atour des pistes de mise en œuvre
À LA UNE

Décarbonation des supply chain: Débat atour des pistes de mise en œuvre

Casablanca – Les difficultés et pistes de mise en œuvre de la décarbonation des supply chain au Maroc ont été au centre d’un webinaire organisé, jeudi, à l’initiative de la Fédération nationale des métiers de la distribution des produits de grande consommation (Tijara).

Tenue sous le thème “La green logistique et la distribution”, cette rencontre fut l’occasion de revenir sur la nécessité de réagir et de prendre conscience de l’impact du dérèglement climatique, qui est un enjeu mondial, de la congestion des centres urbains et de la pollution atmosphérique locale.

S’exprimant à cette occasion, le Directeur général de Schenker Maroc, Eric Thizy, a relevé qu’en matière de réglementation il y a la limite d’innovation notamment en matière d’homologation des véhicules et d’utilisation du solaire pour l’auto-alimentation, ajoutant que s’agissant des infrastructures, il faut adapter les infrastructures et réfléchir à un nouveau rôle du bâtiment, qui ne doit plus se limiter à la production d’énergie mais également prendre en charge l’alimentation des camions.

Concernant les investissements, il a mis en avant les coûts élevés des véhicules et des infrastructures surtout dans une période de crise (géopolitique, sanitaire et économique) qui rend la prise de décision difficile, ajoutant qu’en terme de technologie, plusieurs problématiques se posent également, notamment celle liées à l’approvisionnement avec les bornes limitées, à la fiabilité en matière d’autonomie des véhicules, aux incertitudes de certaines technologies, à la taille du marché marocain, à l’intérêt des fabricants et au suivi et de la maintenance locale.

Au niveau de la sous-traitance, M. Thizy a mis en exergue les niveaux de maturité différents en matière de sensibilisation environnementale et le manque de prise de conscience, nécessitant une acculturation des acteurs.

Pour sa part, le président de la commission logistique au sein de Tijara, Anass Moutaouakil, a expliqué que la logistique verte consiste à intégrer une démarche écologique dans la gestion de tous les process logistiques afin de réduire leur impact sur l’environnement, notant que le process logistique inclut la fabrication, passant par le stockage jusqu’au transport et même l’utilisation ou la destruction du produit.

En outre, il a relevé que le Maroc peut être pionnier et démarrer des actions sur l’environnement et sur l’énergie verte surtout avec la réglementation qui est en train d’avancer à grands pas, estimant que le Maroc s’inscrit déjà dans cette démarche de par les accords signés.

Créée à l’initiative des professionnels du secteur, Tijara vise à regrouper l’ensemble des sociétés, associations et fédérations opérant dans la distribution de produits de grande consommation dans différents secteurs, tels que l’agroalimentaire, les produits d’hygiène, les produits d’entretien et les télécommunications.

Voir aussi:

Les hôtels se préparent à des jours meilleurs !

Lhassan Essajide

Allégement du déficit budgétaire à 63,6 MMDH en 2021

Salma EL BADAOUI

Barid Al-Maghrib/BAM: émission spéciale de timbre-poste commémoratif

Salma EL BADAOUI