• Accueil
  • À LA UNE
  • La question de l’emploi nécessite la mobilisation de tous les acteurs
À LA UNE

La question de l’emploi nécessite la mobilisation de tous les acteurs

Rabat – Le ministre de l’emploi et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Yatim, a appelé, vendredi à Rabat, à la mobilisation de tous les acteurs pour renforcer l’employabilité et soutenir l’insertion professionnelle des jeunes.

« Afin de traiter la question de l’emploi, il est impératif pour tous les acteurs des secteurs public et privé de se mobiliser pour améliorer l’employabilité des jeunes et leur permettre d’intégrer le marché du travail », a indiqué M. Yatim lors de la réunion du Conseil d’administration de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC).

Il a, dans ce sens, mis en avant le rôle que joue l’agence dans la promotion du marché de l’emploi, la mise en œuvre des politiques gouvernementales en la matière et l’orientation des personnes à la recherche de l’emploi en particulier les personnes en situation de handicap, les femmes en situation de précarité, les migrants et les populations en milieu rural.

M. Yatim a, d’autre part, mis en avant l’importance de la régionalisation avancée dans la mise en place des politiques dans le domaine de l’emploi au Maroc, faisant observer qu’il sera procédé avant 2021 à la création de centres régionaux chargés de la mise en œuvre des programmes régionaux pour améliorer l’employabilité, promouvoir l’auto-entreprenariat, suivre la situation du marché de l’emploi dans les régions et renforcer les capacités des acteurs régionaux en la matière.

Évoquant le système de l’emploi à l’international, le ministre a affirmé la détermination de son département à renforcer ce système pour lui insuffler une nouvelle dynamique à travers l’élaboration d’un plan d’action à même de consolider le partenariat avec les marchés d’emploi qui accueillent des compétences marocaines et d’examiner les moyens de développer les mécanismes d’accompagnement nécessaires liés notamment à la validation des acquis et à la promotion de l’apprentissage des langues.

Dans le cadre de la mobilisation nationale pour l’autonomisation des jeunes et leur intégration dans le marché de l’emploi, il a été procédé à la signature du Pacte de lancement du Plan national de promotion de l’emploi à l’horizon 2021, baptisé « Moumk’In », a-t-il rappelé, notant que ce programme, élaboré selon une approche participative, globale et intégrée, propose une série de mesures visant la création d’emplois à court et moyen termes.

Ce projet a pour objectif, au cours de la période 2018-2021, la concrétisation du potentiel de création de plus de 1.200.000 opportunités d’emploi dans le cadre des stratégies et plans sectoriels, l’amélioration de l’employabilité des jeunes ainsi que l’adéquation de leurs compétences, aptitudes et comportements aux besoins et exigences du marché du travail à travers des formations de courte durée et de différentes natures dispensées au profit d’un million de chercheurs d’emploi, a-t-il dit.

Il a, aussi, indiqué que « Moumk’In » vise à soutenir, par des mesures incitatives l’emploi salarié au profit de plus de 500.000 chercheurs d’emploi, à accompagner la création de 20.000 projets entrepreneuriaux (startups, TPME, coopératives, autoentrepreneurs) et à maintenir un taux d’activité à plus de 46%.

De même, ce projet a pour vocations la mise à disposition des chercheurs d’emploi d’outils leur permettant d’acquérir les compétences requises et les attitudes professionnelles facilitant leur insertion dans le monde du travail, la responsabilisation des jeunes qui font leur entrée sur le marché de l’emploi quant à l’importance de l’élaboration d’un projet professionnel avec sérieux et persévérance ainsi que la création d’une dynamique sociétale de solidarité pour que chaque citoyen apporte sa contribution, en fonction de son expérience et son savoir-faire, à l’intégration professionnelle des jeunes, a souligné le responsable gouvernemental.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme, a-t-il poursuivi, la commission ministérielle de l’emploi a approuvé cette année une série de mesures relatives notamment aux incitations et exonérations accordées aux investisseurs, au soutien des stratégies sectorielles et le renforcement des dispositifs et mécanismes d’observation du marché du travail et d’anticipation de ses besoins en compétences.

Cette rencontre a été marquée par la présentation des grands chantiers de l’ANAPEC en 2019 visant à consolider de positionnement de l’agence sur le marché espagnol et français et poursuivre l’action en direction du marché canadien, tout en améliorant la prospection en direction d’autres destinations comme le Qatar.

L’agence prévoit également la mise en place de quatre nouveaux espaces d’information et d’orientation maroco-allemand pour la migration et l’insertion professionnelle, la création de trois nouvelles agences régionales (Draâ-Tafilalet, Béni Mellal-Khénifra et Laâyoune-Sakia El Hamra), l’aménagement de nouvelles agences locales et l’ouverture au moins de deux espaces partenariaux et une agence universitaire, entre autres.

Elle ambitionne d’améliorer la proximité de ses services aux différentes cibles à travers le recours à des unités mobiles légères pour mieux couvrir et servir les zones rurales et le déploiement de bonnes interactives, outre l’amélioration des services à distance, entre autres.

A l’ordre du jour de cette réunion figurent aussi l’adoption du procès-verbal de la première session 2018 du conseil ainsi que la présentation et l’approbation du plan d’action au titre de l’année 2019.

Voir aussi:

« Génération Green »/Bio: Le CEBio propose une plateforme d’actions

Hicham Louraoui

Groupe OCP: Un CA de 54,09 MMDH en 2019

Hicham Louraoui

Trésor: Les levées brutes augmentent à fin octobre

Hicham Louraoui