À LA UNE

Paiement contactless: Interview avec Mme Alaoui, DGA de NAPS

CAMPAGNE ADD
Sbah Nor
MDJS CHALLENGE VIRTUEL 728 X 90

Casablanca – La directrice générale adjointe de NAPS, filiale du groupe M2M spécialisée dans les services de paiement électronique, Amal Alaoui, a accordé une interview à la MAP dans laquelle elle explique le développement qu’a connu le paiement sans contact durant ces derniers mois. En voici la teneur:

Comment vous évaluez l’essor du paiement Contactless au Maroc ?

Au Maroc, et à l’échelle mondiale, le paiement sans contact connait un essor indéniable et son développement présente encore un immense potentiel aussi bien en termes de possibilités d’usage que de volumes de transactions.

En plus des avantages de facilité et de rapidité, qui ont déjà rendu ce mode de paiement attractif dans de nombreux usages de la vie quotidienne, s’ajoute aujourd’hui le bénéfice sanitaire qui place le paiement sans contact en tant que geste barrière permettant de payer sans rien toucher.

En chiffres, les activités des acquéreurs de la place ressortent aujourd’hui une part qui avoisine 20% de transactions de paiement effectuées par cartes sans contact dans notre pays. C’est une tendance de fond qui est en train de s’installer et qui prendra encore plus d’ampleur étant donné, d’une part, le processus de renouvellement du parc national des cartes de paiement qui se fait naturellement en remplaçant les cartes qui sont en circulation, dès que leur validité expire, par des cartes sans contact.

Et d’autre part, parce que le paiement sans contact continuera de séduire de nouveaux secteurs et en particulier les écosystèmes où la digitalisation des paiements est intrinsèquement liée à des applications d’identité numérique, de contrôle d’accès, de mobilité intelligente ou de dématérialisation de services de façon générale.

 

Comment ce nouveau mode de paiement va révolutionner la monétique au Maroc ?

L’essor du paiement sans contact au Maroc se manifeste aujourd’hui très fortement dans les secteurs de la distribution et de la restauration rapide, et également dans certains commerces comme les boulangeries et les boucheries.

Dans notre réseau d’affiliés, et en plus de ces commerces, un autre secteur enregistre un usage exponentiel des cartes de paiement sans contact. Il s’agit du transport public et en particulier le réseau du tramway de Casablanca qui a vu l’utilisation des paiements sans contact progresser de +200% par rapport à 2019 pour atteindre une part de 53% des volumes de paiement et ce, grâce à cette facilité offerte aux usagers de payer ou recharger leur titre de transport directement sur les distributeurs automatiques de tickets sans avoir besoin de monnaie, et même pour les petits montants de 6 dirhams.

L’adoption confirmée du paiement sans contact pour ces usages quotidiens favorisera certainement une acceptation plus large de cette technologie dans d’autres secteurs. D’ailleurs, des études menées par les réseaux mondiaux de paiement électronique ont démontré que la facilité du paiement sans-contact augmente l’usage global des moyens de paiement électronique jusqu’à 30% et favorise l’élargissement des réseaux d’acceptation jusqu’à 45%.

Aujourd’hui, au Maroc on enregistre une réelle progression des volumes de paiement par cartes sans contact et l’évolution s’opère également en termes d’ouverture de nouveaux secteurs à l’acceptation du paiement électronique en général et du paiement sans contact en particulier.

 

Quid de la sécurité face à la cybercriminalité ?

Il importe de rappeler que lors du paiement avec ou sans contact la même puce est utilisée et donc le même niveau de protection est assuré. Les deux modes de paiement, avec et sans contact, sont basés sur la norme de sécurité EMV et utilisent les mêmes mécanismes de vérification et de sécurisation des transactions.

Alors en cas de perte ou de vol d’une carte sans contact, il faut savoir qu’après un nombre limité d’utilisations consécutives par paiement sans contact, la carte demande automatiquement d’entrer le code PIN.

Enfin, le paiement sans contact n’implique aucunement la possibilité de paiement involontaire étant donné que la carte doit se trouver à moins de 3cm de l’écran du TPE pour que le paiement puisse être pris en compte. De plus, pour que la transaction soit acceptée, il faut que le commerçant l’ait initiée au préalable.

 

Que propose NAPS pour promouvoir ce mode de paiement ?

NAPS place l’innovation au cœur de sa proposition de valeur et œuvre, au quotidien, pour apporter à tous les usagers qu’ils soient des particuliers, des commerçants ou des institutions une expérience de paiement électronique fluide, innovante et sécurisée.

Depuis le démarrage de nos activités, nous développons notre réseau d’acceptation sur la base de terminaux multi-applicatifs qui intègrent toutes les technologies de paiement y compris le paiement sans-contact. Notre réseau compte aujourd’hui 2300 commerçant avec un parc 100% contactless connectant près de 4000 TPE qui acceptent les paiement avec et sans contact. Sur l’activité Émission également, nos cartes de paiement émises aussi bien dans notre réseau d’agences, sur nos canaux digitaux et dans le cadre de nos programmes B2B sont des cartes sans contact.

NAPS fait la promotion des paiements sans contact avec une vision orientée écosystèmes. En plus des secteurs du commerce organisé où le paiement sans contact est de plus en plus prisé, NAPS déploie également de nouveaux programmes de digitalisation des paiements dans des secteurs clés où des volumes importants de micro-paiements sont effectués chaque jour en espèces.

Parmi ces secteurs figurent en particulier les transports publics, l’éducation et les services urbains. Dans chacun de ces secteurs, NAPS a introduit pour la première fois au Maroc des programmes innovants basés sur la technologie sans contact.

Ces programmes apportent une expérience de paiement digitalisée de bout en bout et visent à développer un usage massif des paiement sans contact d’abord dans ces secteurs et par conséquence à travers l’ensemble de l’écosystème du paiement électronique au Maroc.

Voir aussi:

Activité portuaire: Hausse de 6,3% du trafic global

Safaa BENNOUR

CFC: 4 questions à l’expert-comptable Issam El Maguiri

Youness AKRIM

« Arab News » lance son édition française

Hicham Louraoui