À LA UNE

Revue de la presse économique hebdomadaire

Casablanca – La réforme des établissements et entreprises publics (EEP) dans le projet de Loi des finances (PLF) de 2022, la confiance des investisseurs en Bourse, la production oléiculture et la mobilité durable, sont les principaux sujets qui retiennent l’attention de la presse économique hebdomadaire.

Ainsi, sous le titre : « Secteur public: Une vague de restructuration attendue en 2022 », Finance News Hebdo (FNH) écrit que le nouvel exécutif veut donner un coup d’accélérateur à la réforme du secteur public, notant que cette réforme, à multiples facettes, s’étalera sur plusieurs années.

« Actuellement, des concertations sont en cours entre les EEP et leurs tutelles techniques en vue de mettre en place un programme intégré de réforme”, précise l’hebdomadaire, ajoutant qu’une tranche d’urgence est à exécuter en 2021-2022.

Les détails de ce programme, poursuit la publication, ont été dévoilés dans le rapport sur les EEP accompagnant le PLF-2022, faisant savoir que ce programme porte sur trois principales composantes, à savoir la mise en place des textes législatifs et réglementaires pour le déploiement de la loi-cadre, l’opérationnalisation de l’Agence nationale ainsi que la concrétisation des principales restructurations à mener en 2022.

Dès l’année prochaine, des opérations de restructuration seront entamées et/ou accélérées, en particulier l’opération de rapprochement d’institutions bancaires et financières publiques dans le cadre de la mise en place d’un pôle financier public, souligne FNH, ajoutant que ce rapprochement se fera parallèlement au recadrage de la stratégie et la refonte de la gouvernance de la CDG.

En outre, FNH jette la lumière sur la confiance des investisseurs envers le marché des actions, qui a atteint un plus haut historique, dû notamment à une évolution favorable du climat économique général.

En effet, l’indice de confiance des investisseurs en Bourse, élaboré par Attijari Global Research (AGR), a progressé de 6,5 points à 67,4 points en octobre 2021, souligne la publication, notant qu’il s’agit d’un nouveau plus haut historique de l’indice de confiance, depuis sa création en septembre 2011.

Selon FNH, 62% des investisseurs s’attendent à une hausse de l’indice Masi sur les 3 mois à venir, contre 56% lors de l’édition précédente et prévoient également une amélioration des volumes échangés en Bourse durant les 3 prochains mois, contre 41% précédemment.

De son côté, « Challenge » s’est intéressé au rapprochement entre les secteurs privés marocain et israélien, notamment entre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et son homologue israélien.

Selon l’hebdomadaire, une rencontre virtuelle, organisée le 26 octobre par la CGEM, en partenariat avec the Manufacturers Association of Israel (MAI), the Federation of Israeli Chambers of Commerce (FICC) et The Israel Export and International Cooperation Institute, a permis de présenter le potentiel du secteur privé israélien et les opportunités de business aux investisseurs marocains.

Sur un autre sujet, Challenge braque les projecteurs sur la mobilité durable, relevant que d’après le Conseil économique, Social et environnemental (CESE), le Maroc a réalisé des progrès indéniables en matière de développement d’infrastructures modernes, et a mis en place, afin de s’inscrire dans le processus de mise en œuvre des ODD, plusieurs initiatives et stratégies nationales dans le cadre du processus de Paris pour la mobilité et le climat.

Malgré ces progrès, plusieurs carences persistent encore et freinent le développement de la mobilité durable, note la publication, citant notamment la quasi-absence d’une politique de la “marche non contrainte”, la circulation à vélo, sans et avec assistance électrique, dans des conditions de sécurité optimale.

La Vie Eco, pour sa part, évoque la question de l’endettement, relevant que l’Etat compte de plus en plus faire recours au marché intérieur pour ses besoins de financement, ajoutant que le recours à l’emprunt national et à l’extérieur est une décision qui doit être étudiée au bon moment.

« Globalement, les besoins pour l’année 2022 sont estimés à un financement à 80% sur le marché intérieur et 20% sur le marché extérieur », a affirmé, la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui, citée par l’hebdomadaire.

Sur un autre registre, et sous le titre : « Oléiculture: le ministère prévoit une production record”, La vie éco écrit que la production d’olives devrait augmenter de 21% par rapport à la campagne agricole.

Selon le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki, dans une réponse à une question orale sur “la nouvelle campagne agricole”, à la Chambre des conseillers, la production d’agrumes devrait augmenter de 14% et celle d’olives de 21%, avec une hausse de la surface plantée pour atteindre 1.200.000 ha, soit une augmentation de 4%, rapporte l’hebdomadaire.

Voir aussi:

Le Crédit bancaire stable à 5,1%

Safaa BENNOUR

Programme exceptionnel: Entretien avec l’économiste Abdelghani Youmni

Yosra BOUGARBA

IB Maroc: CA de 8,9 MDH à fin septembre

Karima EL OTMANI