• Accueil
  • À LA UNE
  • Rwanda promeut le leadership des femmes dans la prise de décision
À LA UNE

Rwanda promeut le leadership des femmes dans la prise de décision

Sur l’égalité des genres et l’émancipation des femmes, le Rwanda reconnaît le rôle des femmes dans le développement du pays et promeut la participation et le leadership des femmes dans la prise de décision.

« Aujourd’hui, le Rwanda compte le pourcentage le plus élevé de femmes au parlement dans le monde et est classé au 7ème rang mondial par le Global Gender Gap Report 2021 du pays le plus égalitaire en termes de genre », souligne l’Ambassade du Rwanda au Maroc dans un article sur la journée internationale de la femme.

Il s’agit d’un jour très important en particulier pour le Rwanda, une nation qui jouit d’une réputation mondiale en matière d’égalité des sexes et d’émancipation des femmes, de célébrer la résilience des femmes rwandaises qui ont été au centre du processus de transformation du Rwanda.

Selon le Global Gender Gap Report 2021, le Rwanda a comblé 80,5 % de l’écart entre les sexes et est classée au deuxième rang en Afrique subsaharienne après la Namibie, fait savoir l’article, notant que cette performance est stimulée par la Constitution, qui met en œuvre un quota de genre dans les postes élus.

L’un des faits marquants rapportés par les médias est le parlement à majorité féminine, avec 61% des sièges au parlement national, le Rwanda occupe la première place au monde, relève la même source, notant, toutefois, que cette réussite ne s’est pas faite du jour au lendemain.

Le génocide de 1994 contre les Tutsis a beaucoup détruit le Rwanda, son économie et ses structures de gouvernance, mais 27 ans plus tard des progrès remarquables ont été réalisés dans tous les secteurs.

Pour aller de l’avant, le gouvernement a placé l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes au premier plan du développement, car le redressement complet ne sera possible que si les femmes et les hommes jouent un rôle central.

Au fil des ans, l’égalité des sexes est devenue une priorité nationale à tous les niveaux du gouvernement. C’est le président Paul Kagame qui le dit le mieux : « Les femmes et les hommes sont égaux en termes de capacité et de dignité, et ils devraient également être égaux en termes d’opportunités. En tant que Rwandais, en tant que communauté mondiale, nous avons besoin que chaque membre de notre société utilise au mieux ses talents si nous voulons un jour atteindre nos objectifs de développement », écrit l’auteur de l’article.

L’un des objectifs primordiaux de la vision 2050 du Rwanda est de devenir un pays à revenu intermédiaire supérieur (PRI) d’ici 2035 et un pays à revenu élevé (PRI) d’ici 2050.

Dans un pays où 50,8 % des citoyens sont des femmes, leur pleine intégration et leur participation économique égale sont essentielles pour atteindre ce succès souhaité sur le chemin à parcourir.

La Vision 2050 a déjà fait de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes l’une de ses principales aspirations pour la transformation nationale et la prospérité du Rwanda. Pour le NST1 (2017-2024), les femmes continuent de contribuer de manière significative à la production économique globale. Elle envisage d’accroître l’accès des femmes aux opportunités économiques en intégrant l’égalité des sexes dans tous les secteurs productifs et en éliminant toute forme de violence et de discrimination. Dans cette même politique, l’approche de l’engagement des hommes a été largement mise en avant.

Le thème de la Journée internationale de la femme de cette année a été « L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir durable », reconnaissons que nos femmes sont la pierre angulaire de l’élaboration du « Rwanda que nous voulons », affirme l’article.

« L’égalité est un droit et non une faveur. Nous devons nous mettre au défi de faire encore plus et mieux pour garantir que les prochaines générations de nos filles et petites-filles héritent d’une nation où leurs aspirations n’ont pas de limites », a déclaré le Président du Rwanda lors de la célébration de la Journée Internationale de la Femme, cité dans l’article.

Au Rwanda, la journée a été célébrée sous le thème: »L’égalité des sexes pour faire face au changement climatique » comme une occasion de célébrer les réalisations des femmes et d’examiner l’égalité des sexes par rapport à l’adaptation au changement climatique, l’atténuation du changement climatique, la résilience et les femmes en tant que facteurs de transformation ».

Il existe un lien important entre l’égalité des sexes et le changement climatique, car nous ne pouvons espérer réaliser l’avenir que nous souhaitons si nous ne nous concentrons pas sur l’égalité des sexes », a déclaré Jeanne d’Arc Mujawamariya, la ministre rwandaise de l’environnement lors de la célébration de la Journée de la Femme.

La contribution des femmes à la lutte contre le changement climatique rend les efforts d’atténuation efficaces et conduit à un développement durable.

A cet égard, l’article note que le gouvernement rwandais a pris un certain nombre de mesures pour faire face au changement climatique, à commencer par la ratification de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, l’élaboration d’un plan d’action national d’adaptation (PANA) en 2000 et la formulation d’une stratégie de croissance à faible émission de carbone.

Selon l’Institut National des Statistiques du Rwanda, l’utilisation de l’électricité pour l’éclairage parmi les ménages dirigés par des femmes s’est grandement améliorée, passant de 7,7% en 2010 à 2O, 3% en 2017, tandis que le nombre d’utilisateurs de bois de feu comme principale source d’éclairage a diminué de 9,4 en 2010 à 2,5% en 2017.

D’utilisateurs de bois de feu comme principale source d’éclairage a diminué de 9,4 en 2010 à 2,5 en 2017 pour les ménages dirigés par des hommes et de 8,2 en 2010 à 7,1% en 2017 pour les ménages dirigés par des femmes.

Bien que les femmes soient extrêmement touchées par le changement climatique, elles jouent un rôle crucial dans l’adaptation et l’atténuation du changement climatique et par conséquent, la promotion de leur participation se traduirait par des gains plus importants en matière des gains environnementaux et de productivité et créerait des avantages conjoints et des rendements plus importants pour l’ensemble des les Objectifs du Développent Durable (ODD), notamment l’ODD 5 (égalité des sexes et autonomisation des femmes) et l’ODD13 (action pour combattre le changement climatique).

Voir aussi:

Afrique: Le commerce, champ d’application idéal pour la blockchain

Hicham Louraoui

Liquidité: BAM satisfait la totalité de la demande bancaire

Zin El Abidine TAIMOURI

Banques: 30 millions de comptes ouverts en 2020

Hicham Louraoui