À LA UNE

La protection sociale, un catalyseur du développement humain

Rabat – La réalisation des objectifs fixés dans le cadre du projet de généralisation de la protection sociale aura des effets positifs sur l’amélioration de l’indice de développement humain (IDH) au Maroc, a indiqué, mardi, Boutaina Falsi, consultante en politiques sociales.

« Les services dont bénéficiera l’ensemble des Marocains à travers ce projet vont améliorer leur niveau de vie, ce qui peut se traduire par une amélioration éventuelle de l’IDH », a expliqué Mme Falsi qui était l’invitée de l’émission « les Mardis du PCNS » initiée par le Policy Center for the New South (PCNS).

Une telle progression est tributaire de la déclinaison des piliers du projet conformément à la loi cadre sur la protection sociale, ainsi que de la complémentarité et la cohésion entre les différentes politiques, a-t-elle poursuivi.

Dès son lancement, ce projet qui redessine les contours de la protection sociale au Maroc, a pris une dimension nationale, a-t-elle fait valoir, notant que la croissance économique doit s’accompagner par un système adéquat de protection sociale.

Ce projet ambitieux, qui d’adresse à toutes les catégories socio-professionnelles, vise à assoir une stabilité sociale et offrir aux Marocains une protection contre les aléas de la vie telle que la perte de revenu, a expliqué Mme Falsi.

Par ailleurs, l’experte a mis en exergue l’importance de sensibiliser les catégories ciblées sur l’importance de ce projet, relevant que cette responsabilité incombe notamment aux partenaires sociaux, les instances d’encadrement et la tutelle selon les secteurs d’activité des professionnels afin de porter des campagnes d’informations sur les dispositions du projet.

Les acteurs économiques doivent prendre conscience également de l’importance de garantir les droits des travailleurs et la lutte contre l’informel, a-t-elle ajouté, estimant que cette refonte de protection sociale est bénéfique au tissu économique, dans la mesure où elle peut conduire à des gains de productivité.

En outre, Mme Falsi a évoqué le rôle d’une bonne gouvernance pour faire aboutir ce projet, jugeant que le délais de cinq ans, accordé à ce projet, est réalisable à condition que chaque partie impliquée remplit efficacement son rôle.

Voir aussi:

Le nouveau modèle de développement, l’aspiration d’un Maroc meilleur!

Samia BOUFOUS

La CGEM et Inforisk signent une convention de partenariat

Mohammed HAMIDDOUCHE

Le Port de Jorf Lasfar performe à fin février

Mohammed HAMIDDOUCHE