À LA UNE

Le NMD, un modèle marocain d’intelligence collective (PCNS)

Le nouveau modèle de développement (NMD), élaboré par la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD), constitue un modèle marocain d’intelligence collective (IC), ressort-il d’un rapport du Policy Center for the New South (PCNS) intitulé « Un modèle marocain d’intelligence collective: La Commission spéciale sur le modèle de développement ».

En effet, les méthodes d’intelligence collective de la CSMD ont fonctionné, selon ce même rapport, qui précise que la Commission a supervisé la consultation publique la plus sophistiquée de l’histoire du Maroc, qui a été marquée par une large participation d’un ensemble diversifié de citoyens et a mis leurs préoccupations au premier plan dans ses recommandations finales.

Un élément crucial de ce succès, poursuit le document, a été la cohérence des méthodes de la CSMD avec ses valeurs, la diligence, la transparence et l’ouverture de ses 35 membres qui illustrent les différents principes au cœur du NMD. « Bien que leurs délibérations internes aient pu bénéficier de plus de temps et de facilitation, le rapport qu’ils ont produit est « incroyablement clair, complet et ambitieux », lit-on dans ce document.

Le rapport fait, en outre, ressortir qu’au vu du volume et de l’étendue des contributions, les résultats ont été très significatifs, dans la mesure où les 180 séances individuelles (incluant auditions, ateliers et rencontres citoyennes) et les contributions, en temps réel et par écrit de 165 organismes et 9.700 citoyens individuels, ont généré un énorme réservoir d’information qui a nécessité toute la capacité du personnel de la Commission à synthétiser et des membres de la Commission pour interpréter.

Et de souligner que dans l’ensemble, la CSMD a largement atteint son objectif d’entendre les voix de chaque région du Maroc et ses efforts particuliers pour écouter les groupes les moins favorisés ont porté leurs fruits, faisant observer que les thèmes de la décentralisation des ressources publiques et l’inclusion des jeunes et des zones rurales dans le développement sont au cœur de ce nouveau modèle de développement.

Par ailleurs, le PCNS souligne que pour réaliser les différentes ambitions exprimées dans le NMD du Maroc, il est impératif de mettre en place un processus de transformation « stimulant et passionnant », notant que dans cette démarche, les concepteurs d’intelligence collective au sein de la société marocaine sont appelés à prendre en considération plusieurs points clés du travail de la commission en 2020.

Il s’agit, du pouvoir de la pensée systémique, fait savoir le rapport qui explique que « bien qu’il soit trop tôt pour juger de la performance du nouveau modèle de développement, la CSMD a quand même réussi à créer une vision à l’échelle du système du développement du Maroc ».

Il s’agit, également, de la flexibilité et l’expérimentation qui ont produit une plus grande diversité de contributions, souligne le PCNS qui fait savoir que bien que la pandémie de covid-19 ait posé de nombreux défis au travail de la commission, elle a également validé son choix pré-pandémique de créer et d’affiner les méthodes de l’intelligence collective de manière itérative.

« Il est essentiel de planifier des exercices d’auto-évaluation réguliers, de garder l’esprit ouvert et de laisser du temps et des ressources pour des ajustements ultérieurs », précise-t-on.

Il est également question d’allouer les ressources nécessaires, pour atteindre l’échelle des méthodes agrégatives de l’IC. En effet, même les meilleurs outils numériques ne mobilisent pas le public à eux seuls. Des tests utilisateurs minutieux, un personnel dévoué et des coalitions communautaires pour amplifier les appels à l’action sont tous essentiels pour intensifier l’engagement des citoyens sur les plateformes en ligne, en plus de l’utilisation des coalitions, ainsi qu’une combinaison d’outils open source qui ne peut qu’être bénéfique, souligne le PCNS.

Parmi les axes, figure également une meilleure adéquation entre le temps, la portée de la politique et le nombre de participants pour pouvoir optimiser l’intelligence collective interne, soutient le rapport, notant que même avec la prolongation du mandat de la CSMD, la pression du temps était importante, et a créé à la fois de multiples défis et opportunités pour celle-ci.

Le rapport souligne dans la même veine, la nécessité de combiner les différentes connaissances scientifiques avec l’apprentissage par les pairs, notant que la commission, en plus de sa transparence et de sa neutralité a été exemplaire en matière d’ouverture sur les nouvelles méthodes et outils scientifiques.

Voir aussi:

Microdata: Hausse de 23,9% du CA au T1-2020

Sara Ouzian

L’UCESA, un levier d’intégration régionale africaine

Maria MOUATADID

OCP: RNPG en hausse de 19% en 2018