À LA UNE

Le potentiel de l’industrie aéronautique au Maroc salué

 

Casablanca – L’astronaute suisse de renommée mondiale Claude Nicollier a salué le potentiel et les atouts du Maroc en matière d’industrie aéronautique, à l’occasion d’une visite mardi aux installations du Groupement des industries marocaines aéronautiques (GIMAS) au technopôle de Nouaceur.

Dans une déclaration à la MAP et à sa chaîne d’information M24, M. Nicollier a estimé que le développement que connait l’industrie aéronautique au Maroc sera un atout important pour le développement de la coopération avec la Suisse, en particulier, et l’Europe, en général.

A cet égard, il a fait part de sa volonté de contribuer, de par sa position, à asseoir les bases de cette coopération avec le Maroc, notamment dans les secteurs liés aux industries de l’aéronautique et de l’espace.

Et de souligner que cette conviction part de sa grande admiration de la qualité de formation dispensée par l’Institut des métiers de l’aéronautique, ainsi que les compétences élevées des professionnels de cette industrie au Maroc, notant qu’à travers cette visite il a pu constater de près la volonté de ces professionnels de nouer des relations de coopération solide avec leurs homologues européens, y compris en Suisse.

Cette visite de l’astronaute et professeur Claude Nicollier, qui était accompagné de l’ambassadeur de la Suisse au Maroc, Guillaume Scheurer, et de responsables et intervenants du secteur de l’aéronautique, s’inscrit dans le cadre de la célébration du centenaire de la présence diplomatique au Maroc.

Par ailleurs, et lors d’une conférence de presse suite à sa visite aux installations du GIMAS, M. Nicollier a partagé avec l’assistance l’expérience de ses quatre voyages d’exploration de l’espace (1992-1999) durant lesquels il a passé plus de 1.000 heures dans l’espace.

Dans une présentation sous le titre « L’espace, opportunités et défis », l’astronaute suisse a fait savoir que durant la période allant de 1981 à 2011, plus de 135 missions d’exploration de l’espace ont été effectuées sur une trentaine d’années, estimant que l’espace restera toujours une source d’inspiration pour l’humanité.

Et d’ajouter que l’espace pourrait aussi être mis à profit pour l’humanité entière, précisant à ce propos que l’accès à l’espace permet une observation globale de la Terre afin de permettre de prendre les mesures nécessaires pour garantir la préservation et la pérennité de notre planète.

Après des études de physique à Lausanne et d’astrophysique à Genève, Claude Nicollier est devenu chercheur en astrophysique et a également servi dans les forces aériennes suisses de 1966 à 2004. Il a été sélectionné en 1978 dans le premier groupe d’astronautes de l’Agence spatiale européenne (ESA), avant de rejoindre le Johnson Space Center de la NASA à Houston pour une formation complète sur la Navette spatiale américaine, dans le cadre d’un accord entre l’ESA et la NASA.

M. Nicollier est actuellement professeur honoraire à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et membre de la Commission fédérale pour les Affaires spatiales qui a pour mandat de fournir des recommandations au gouvernement suisse sur la politique spatiale du pays.

Voir aussi:

Protection sociale: 400 M$ de la BM au Maroc

Hicham Louraoui

Covid-19: L’UCESA salue les actions des pays africains

Hicham Louraoui

BMCE BOA lance un réseau d’incubation

Lhassan Essajide