À LA UNE

Skhirat: Présentation de « Forêts du Maroc 2020-2030 »

INWI1

Skhirat – Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a présidé mercredi à Skhirat, une grande réunion avec les responsables centraux, régionaux et provinciaux du département des eaux et forêts afin de partager autour des prochaines étapes de mise en oeuvre de la nouvelle stratégie du secteur, et ce dans le cadre du lancement opérationnel de la nouvelle stratégie forestière “forêts du Maroc”.

Dans un communiqué, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts indique jeudi que la nouvelle stratégie forestière “forêts du Maroc 2020-2030”, lancée par SM le Roi Mohammed VI, constitue un tournant important dans la gestion forestière au Maroc.

Le ministre a rappelé à cette occasion que l’objectif de ce nouveau plan est de rendre le secteur forestier plus compétitif et durable, à travers un modèle de gestion inclusif et créateur de richesses qui place les populations usagères au cœur de la gestion des forêts, poursuit le communiqué.

M. Akhannouch a également mis l’accent sur l’importance de cette stratégie pour relever les défis auxquels se trouve confronté le patrimoine forestier marocain et la nécessité de conjuguer, de façon adaptée, les impératifs sociaux, économiques et environnementaux.

Il a également mis en exergue les principes du nouveau mode de gouvernance, qui met l’accent sur le dialogue et la déclinaison des grandes orientations politiques de la nouvelle stratégie forestière dans le cadre de contrats programmes régionaux impliquent l’ensemble des partenaires institutionnels, le secteur privé, les organisations interprofessionnelles, les établissements de formation et de recherche et la société civile.

Le ministre a, enfin, appelé l’ensemble du personnel forestier à se mobiliser pour l’atteinte des objectifs de la nouvelle stratégie et la sauvegarde de la forêt marocaine.

Selon le communiqué, deux instances sont créées pour accompagner la mise en oeuvre de la stratégie, à savoir un comité de pilotage présidé par le ministre et un comité de suivi présidé par le secrétaire général du département.

Pour leur part, les différents intervenants ont exprimé leurs vifs remerciements et gratitude au Souverain pour la Haute sollicitude dont il entoure le secteur. Ils ont également exprimé leur grand enthousiasme de voir le secteur forestier doté d’une stratégie de nouvelle génération et dont la mise en œuvre permettra de changer le regard sur la forêt marocaine et ses modes d’exploitation, relève la même source.

Exprimant leur adhésion à « Forêts du Maroc 2020-2030 » et leur mobilisation pour l’atteinte de ses objectifs, les différents responsables centraux et régionaux ont particulièrement insisté sur l’importance de la nouvelle approche apportée par la stratégie au plan de la gouvernance d’un côté et de l’autre, au plan de la gestion des conflits et de l’implication en amont des populations dans une logique moins conflictuelle et plus participative.

Lancée par SM le Roi Mohammed VI, « forêts du Maroc » s’appuie sur cinq orientations pour faire de la forêt un espace de développement qui consiste à changer le regard des usagers sur la forêt, durable pour faire la ligne rouge des capacités forestières pour ne plus détruire le capital forestier, préserver et développer toutes les ressources naturelles, participatif à travers l’engagement des usagers dans une gestion partagée pour atteindre les objectifs, productif en mobilisant tout le potentiel offert grâce au partenariat privé pour soulager la pression d’une exploitation informelle des forêts et biodivers en sauvegardant le patrimoine naturel à travers un réseau d’espaces emblématiques.

La stratégie est construite autour de quatre axes majeurs pour sa mise en œuvre.

Le premier axe porte sur la création d’un nouveau modèle basé sur une approche participative, avec la population comme premier partenaire dans sa gestion. Cela passe à travers la création de plus de 200 organismes locaux de développement forestier, la contractualisation avec les usagers de la protection participative des 50.000 hectares d’arbres prévus d’être plantés annuellement, la création d’un nouveau corps de plus de 500 animateurs territoriaux pour jouer un rôle de médiation auprès de la population locale, en plus de la promotion d’amodiations de chasse auprès des associations et sociétés suivant le cahier de charges.

Le deuxième axe concerne la gestion et le développement des espaces forestiers selon leur vocation en encourageant l’investissement privé sur une superficie de 120.000 hectares d’eucalyptus et de pin, avec une identification stricte des obligations sociales des acteurs privés, ainsi que l’aménagement et la valorisation du réseau des dix parcs nationaux pour amorcer l’essor d’une filière écotouristique prospère.

Le troisième axe porte sur le développement et la modernisation des professions forestières en créant des pépinières forestières modernes avec des spécifications modernes en partenariat avec le secteur privé. Cela tout en veillant à préserver la caractéristique génétique des forêts nationales. La numérisation des moyens de gestion du secteur, la modernisation et le développement des parcours techniques forestiers comptent aussi parmi les leviers retenus.

Le quatrième axe porte sur la réforme institutionnelle du secteur à travers la création de l’Agence des Eaux et Forêts, qui sera en charge de la gestion régalienne du domaine forestier privé de l’Etat en dehors des parcs nationaux, et l’Agence de la conservation de la nature qui sera en charge de la gestion des différentes zones des parcs nationaux. Il portera également sur l’adéquation du cadre juridique et la qualification des ressources humaines selon les spécificités des métiers et la création d’un pôle de formation et recherche.

Voir aussi:

Tourisme: Des pertes de 18,3 MMDH à fin juillet

Hicham Louraoui

moderniser l’Administration fiscale, exigence de la réforme fiscale

Immobilier: Dar Al-Amane organise le salon des ventes privées

Hicham Louraoui