À LA UNE Manager Parcours

Yasmina ou la conviction en une digitalisation salvatrice

Casablanca – Accélérer davantage le passage à une digitalisation salvatrice capable de doter les entreprises des moyens nécessaires à même de faire face aux multiples difficultés, telle est la conviction de Yasmina Benchekroun, directrice d’Abergower au Maroc, filiale d’une multinationale britannique spécialisée dans la digitalisation, la dématérialisation et l’archivage numérique.

Enthousiaste, déterminée et passionnée par le digital, cette jeune entrepreneure de 28 ans ne jure que par l’importance d’une véritable transition technologique vers un monde digitalisé au regard des bienfaits économiques, sociaux et écologiques de la digitalisation.

Malgré les obstacles de startupeuse débutante, Yasmina a connu, lors de son aventure d’entrepreneuriat, beaucoup de succès auprès du marché marocain et a transformé la filiale britannique en multinationale en réalisant des projets en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis.

« J’ai débuté ma carrière professionnelle en tant que co-fondatrice d’Abergower. C’est une entreprise qui a pour mission la digitalisation des entreprises marocaines afin d’implémenter des outils technologiques de gestion de données de haut niveau », a confié Yasmina à la MAP, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Pour elle, il n’y a nul doute que cette transformation digitale ouvrira de nouveaux horizons prometteurs, notamment pour les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) à même de pouvoir moderniser leurs offres.

« Au début, j’avais tout simplement l’objectif de se débarrasser du papier et de rendre les données accessibles sur ordinateur et mobile. Et puis, je me suis rendue compte que c’était un nouveau monde à construire, rempli d’outils innovants comme le concept de « machine learning », l’intelligence artificielle, l’internet des objets, etc », a expliqué Yasmina.

Cette jeune directrice assure avoir été convaincue que les mentalités des entrepreneurs et gérants des entreprises allaient enfin accepter la digitalisation en tant qu’outil nécessaire à la survie de leurs entités. « La crise du nouveau coronavirus (Covid-19) a secoué ceux étant encore réticents et a démontré que nous ne pouvons pas avancer dans un monde où l’outil technologique est prépondérant sans se digitaliser », a-t-elle noté.

Nommée aussi directrice de la région du Canada par « Entrepreneurs’ Organization », une organisation américaine à but non lucratif, Yasmina, fervente passionnée de l’entrepreneuriat, accompagne les entrepreneurs de cette région et mène cette opération gérée par le cabinet américain « Guice and Smith » pour qui, elle est consultante.

« Je m’intéresse profondément à l’entrepreneuriat. En tant que directrice du Canada du réseau international des entrepreneurs, j’ai eu à échanger avec plusieurs entrepreneurs ayant des idées de génie. Je souhaite en voir de plus en plus au Maroc. Mon ambition est que nous puissions développer ce même réseau au Maroc pour aider les entrepreneurs marocains à réussir leurs aventures », a-t-elle fait valoir.

S’arrêtant sur la symbolique du 8 mars, Yasmina qualifie cette journée d’exceptionnelle. Une journée qui met la femme sur un piédestal et rappelle les sacrifices de la Femme partout dans le monde. « Là, j’évoque les mamans qui prennent soin de leurs enfants et vont au travail souvent après des nuits blanches. Nos mamans qu’on chérit et qui nous portent de l’attention même quand on devient adulte ».

Et de soutenir: « C’est une journée où la Femme peut se regarder dans un miroir et y voir sa vraie valeur, qui ne dépend que d’elle et pas des autres. Une journée où la Femme doit se rappeler qu’elle a un combat à mener et se doit de rester forte dans un monde qui fonctionnera pas toujours en sa faveur ».

« Je dis aux femmes, offrez vous lors de cette journée une chose que les autres ne vous offriront pas : la confiance en soi ! », a ajouté Yasmina.

Elle a également souligné que la femme marocaine, chaleureuse, flamboyante et fière, a en même temps de la douceur et de la force. « J’espère que toutes les femmes marocaines réaliseront des choses extraordinaires dans leur vie, pour qu’elles puissent apporter de la valeur dans ce monde ».

Côté passions, Yasmina a assuré qu’elle porte un intérêt particulier à la musique et surtout au sport. Et de conclure: « Le sport est nécessaire pour équilibrer son énergie. Il faut aussi faire des cures de vitamine D en s’exposant au soleil et ne pas trop rester enfermé chez soi durant cette période de Covid ».

Voir aussi:

Lancement de la campagne agricole 2019-2020

Hicham Louraoui

Automobile au Maroc: PSA et CETIEV s’allient

Hicham Louraoui

Les économies vertes plus « flexibles » et « agiles »

Youness AKRIM